Site Announcements

Accès direct au site Lancia Net :
Image

Bienvenue à toutes et à tous sur le forum Lancia Net, forum du site et du club Lancia Net.

Véritable lieu d'échange entre passionnés de la marque, n'hésitez pas à venir vous y présenter. Et n'oubliez pas de consulter la FAQ, où vous trouverez bon nombre d'informations précieuses pour nos belles !


Obtenez vos entrées à 10€ au lieu de 14€ pour la salon Epoqu'auto à Lyon grâce au club !

Fiat Ritmo

Découvrez les nombreux dossiers Lancia Net ! Bonne lecture !

Fiat Ritmo

Messagede psal24 » Lun Avr 16, 2012 4:18 pm

Image

A l’aube des années 80, Fiat entame un début de révolution dans sa gamme en chassant les solutions techniques dépassées auxquelles elle s’accrochait encore dans les années 70. Petit à petit pour ses modèles les plus petits, Fiat élimine les dessin à 4 portes classiques pour des 3 / 5 portes à hayon plus pratiques et modernes. De même, la propulsion fait place à la traction qui se généralise sur tous les véhicules.
Au moment de remplacer un best seller comme la Fiat 128, la direction de la marque décide qu’il faut rattraper les modèles concurrents comme par exemple la Simca 1100 qui a défini les nouvelles grandes lignes des berlines moyennes inférieures. Cette catégorie de véhicule constitue 26% du marché européen avec un avenir radieux selon les prévisions qui annoncent une progression de presque 10% du marché d’ici 1982. Difficile d’ignorer de tels chiffres… Si en 1970, on dénombrait 12 modèles sur le marché européen à traction et hayon dans cette catégorie, en 1978, 19 modèles sont proposés. Ce qui hier était révolutionnaire, visionnaire et osé devient banal et normale. Une compacte à hayon n’est plus considérée comme un utilitaire ou comme une voiture de commerçants mais bien comme une auto plus polyvalente qui se plie plus facilement aux besoins de la semaine et aux désirs du week end.
Grâce à ses marques satellites comme Autobianchi et Lancia, Fiat a déjà abordé avec un succès très important les nouveaux thèmes qui vont définir la nouvelle Fiat Ritmo en particulier avec l’Autobianchi Primula. Le cahier des charges veut frapper fort dans les esprits en créant une auto aussi révolutionnaire que l’a été la Fiat 128 en 1969 pour la marque italienne et ainsi garantir des volumes de 2000 véhicules jour pour ce modèle.

Une super 128 :
Les premières études remontent à 1972. Les projets se suivent et ne se ressemblent pas : X 1/30 puis X1/38... La direction de Fiat repousse des modèles jugés trop novateurs car remplacer la Fiat 128, produites à plus de 2 000 exemplaires par jour, ne doit pas se faire avec une rupture de style trop importante.
C’est donc un 3ème projet nommé 138 en interne à partir de 1974, plus sage mais néanmoins moderne, qui va lancer pour de bon celle qui va devenir la Ritmo (et non pas 138 comme le voulait la tradition). Le cahier des charges précise que l’habitabilité, le silence, les performances, les consommations et la qualité doivent être supérieurs à ce que la 128 propose déjà.

C’est le centre de style maison dirigé par Gianpaolo Boano qui propose d’emblé une 2 volumes en 3 ou 5 portes pour moins de 4m de long. L’avancée en matière de style par rapport à la Fiat 128 est immense.

Image

Dessin stylé et très italien avec une pointe sportive, les feux avant ronds sont de la partie alors que les constructeurs généralistes emploient de plus en plus des formes rectangulaires ou carrées pour les optiques. Les boucliers avant et arrière sont en matériaux synthétiques. Malgré leur prix de revient, ils ont été voulus et imposés en cours de projet. Composés par 80% de polypropylène, ils ont fait l’objet d’un brevet spécifique convoité par la suite par les japonais. L’élasticité est assurée par 20% de caoutchouc afin de garantir l’absorption des chocs sous 6km/h sans dégradation.
Les poignées de portes extérieures sont complètement intégrés à la carrosserie. D’une forme ronde, ils tranchent complètement avec le style des années 70 qui veut que les lignes droites dominent largement.
D’ailleurs c’est toute la Ritmo qui tranche par rapport à la concurrence des caisses carrées de ces années 70 qui se terminent. Les courbes tout en douceur sont nombreuses sur les extrémités afin d’adoucir les lignes de la caisse qui sont très droites.
Il en résulte un style soigné pour l’époque et un CX très favorable de seulement 0,33, un record.

Image

Image
Prototypes

Au niveau de la technique on reprend ce que la Fiat 128 savait si bien faire : les moteurs seront repris, toujours montés transversalement afin de gagner en compacité sur le train avant avec bien entendu la traction comme type de transmission. Afin d’étendre la gamme, de nouvelles cylindrées sont ajoutées mais en reprenant les blocs déjà existant. Les 4 roues indépendantes sont toujours au programme mais avec un assouplissement des réglages par rapport à la 128, ce qui n’est pas un mal, ce point étant souvent fort critiqué sur la 128.
Le freinage est toujours assuré par des disques à l’avant et des tambours à l’arrière sans servo frein sur les modèles d’entrée de gamme.
La direction est à crémaillère non assistée sur tous les modèles.
La roue de secours est montée sous le capot moteur comme cela se fait encore couramment.
Les boites à 4 et 5 rapports sont reconduites. Les boites 5 sont dites économique, ce qui signifie que la vitesse maximale est en fait atteinte en 4ème vu l’allongement du dernier rapport.

Une version pour les USA est aussi en préparation. C’est avec le 1500 cc à injection dépollué et une boite automatique que Fiat espère aller se relancer sur cet immense marché comme le font de nombreux européens.

L’intérieur doit être fonctionnel avant tout en mettant en avant l’ergonomie générale mais toujours en visant un prix assez bas, donc avec un certain dépouillement. Fiat va faire un effort particulier en ne reprenant pas d’éléments déjà utilisés dans la gamme comme c’est l’habitude. Poignées boutons, commandes, …. Tout est spécifique à la Ritmo avec un dessin plus moderne que de coutume. Les tissus et revêtements sont aussi réalisés dans des morceaux préformés uniques.
Tout ce ci combiné va donner une ambiance un peu trop monacale et froide à l’intérieur qui contraste fortement avec l’extérieur mais va s’avéré pratique.
Toutefois, le point fort de la Ritmo sera son espace de vie intérieure et le confort général offert. Avec une longueur de 3,94m de long, la Ritmo se révèle très habitable malgré une largeur de 1,65m.

Image

Fiat prévoit aussi un assemblage massivement effectué par des robots (les grèves à répétitions ont laissées des traces) et va très largement communiquer sur ce point, surtout aux USA.

La série 1 : 1978 - 1982
La présentation et la commercialisation se font au salon de Turin de 1978. Les 2 carrosseries étudiées sont immédiatement disponibles : berline à 5 portes et coach à 3 portes.
Deux niveaux de finitions sont proposés : C (confort) et CL (confort luxe). La C se présente comme une version très basique avec sa boite de vitesses à 4 rapports, uniquement et un équipement simplifié. La CL bénéficie de boites de vitesses à 5 rapports en série, d’un intérieur plus valorisant et d’un essuie glace arrière pratiquement indispensable.

Trois motorisations sont proposées créant ainsi une gamme complète : 1100, 1300, 1500. On trouve ainsi pour ouvrir la gamme la Ritmo 60 avec un 1116 cc qui provient de la Fiat 128 mais poussé à 60 ch au lieu de 55. Ensuite, la Ritmo 65 propose le moteur de la 128 brésilienne avec ses 1301 cc (alors que c’est une version revue et corrigé du 1290 cc qui existait sur la 128) pour 65 ch. Enfin, pour coiffer la gamme, destinée surtout aux marchés d’exportation, un 1498 cc de 75 ch équipe la Ritmo 75. Ce moteur est en fait un bloc 1301 cc avec une course plus longue pour en faire un 1500 cc. Cette dernière peut recevoir en option une boite automatique à 3 rapports en provenance de chez VW.

La gamme s’articule ainsi au lancement :
60 3 portes L
60 5 portes L
60 3 portes CL
60 5 portes CL
65 3 portes CL
65 5 portes CL
75 3 portes CL
75 5 portes CL
75 5 portes CL Automatique

Image

Image

Image

Pour les pays Anglophones, Le nom de Ritmo n’étant pas du tout adapté (la traduction se rapproche du terme pour signaler le cycle menstruel féminin), Fiat rebaptise son nouvel enfant Strada (Rue en Italien).

Image

Image

Image

Image
Fiat Strada UK

Le succès est tout de suite au rendez vous en Italie mais aussi en Europe. Après 1 an de commercialisation, 130 000 exemplaires ont été vendus dont 63 000 sur le marché interne italien. La version la plus prisée est la Ritmo 60 CL en Italie mais à l’export, ce sera la 65 qui sera préférée.
Sur les marchés européens, les plus belles critiques proviennent de l’Allemagne, patrie de la Golf, où la presse spécialisée voit en la Fiat Ritmo la plus grande rivale de la VW.

Toutes ces qualités assemblées, une gamme complète dès le lancement et la reconnaissance de la presse a bien failli être une réussite totale avec une apothéose attendue avec l’élection de la voiture de l’année 1979... Sauf que la Fiat Ritmo loupe d’une seule marche la couronne suprême, derrière la Simca Horizon, world car du groupe Chrysler, ayant les mêmes caractéristiques et chassant sur le même segment de marché.

Très rapidement, la qualité très relative de la production va être mise à l’index. Un super test lancé par la presse italienne en Février 1979 sur 50 000 km met en relief des défauts comme la ventilation récalcitrante et la boite de vitesse difficile à utiliser. Ce n’est qu’un début car les problèmes vont s’accumuler très rapidement obligeant Fiat à améliorer sans cesse la Ritmo affublée de grosses faiblesses. Par exemple, la boite à gant à tendance à s’ouvrir si elle est trop pleine, les fils de l’allume cigare pendent derrière la console, peuvent se détacher et provoquer un court circuit dans les fusibles, des commandes ne fonctionnent pas toujours, des poignées en plastiques cassent et les serrures de portes ne fonctionnent pas correctement. Le tableau de bord est en plastique tellement rigide qu’il émet de nombreuses vibrations à cause de ses mauvaises fixations. Le manque de soin dans l’assemblage se fait de plus en plus criant au fur et à mesure que les modèles sortent de l’usine. Les panneaux de portes et les sièges vont assez rapidement se dégrader, s’usant et se déchirant.
Ces nombreuses tares sont relatés dans divers magasines durant les essais et les clients vont eux même très vite les constater.

Au niveau de la carrosserie, malgré le traitement anti corrosion, après seulement 6 mois, certains clients remarquent des imperfections sur certaines jointures de tôles qui se traduisent avec le temps par une corrosion galopante rongeant la Ritmo. La réputation de la Ritmo (et de Fiat par la même occasion) se gâte petit à petit pour devenir une caricature de ce qu’il faut éviter de faire. Ces traces vont suivre le groupe turinois durant de très longues années, marquant au fer rouge les productions transalpines dans l’esprit des consommateurs.

Par contre au niveau mécanique… malgré un manque d’allant des diverses motorisations noté par toute la presse, surtout sur la Ritmo 60, rien à signaler de particulier. La fiabilité est totale comme d’habitude. On peut lui reprocher toutefois une boite 5 très (trop) longue et des relances assez laborieuses. La Ritmo 75 se révèle par contre plus alerte et plus agréable à conduire mais au prix d’une consommation bien plus importante (7l au 100 au lieu de 5,8l pour la Ritmo 65).

A partir de 1979, Pour satisfaire aux normes Américaines et afin de s’exporter de l’autre coté de l’Atlantique, la Fiat Ritmo, toujours nommée Strada, a droit à une mise à jour qui lui donne un style particulier à l’extérieur. On note principalement les pace chocs avant et arrière à absorption d’énergie avec un repositionnement des clignotants avant et des feux arrière plus protégés. L’altération du dessin originel est très profonde.
Fiat accompagne l’arrivée de la Strada aux USA avec un support publicitaire impressionnant car la marque mise énormément d’espoir sur ce modèle pour s’implanter encore plus profondément dans le paysage automobile nord américain où seuls les modèles les plus exclusifs sont vendus comme la Fiat X1/9. Ce ne sont pas moins de 30 000 exemplaires que la maison mère espère vendre chaque année de l’autre coté de l’Atlantique.
Coté USA, par rapport à la VW Golf (nommé Rabbit sur ce territoire), la Strada se révèle vite une sérieuse concurrente. Plus longue, plus large, plus spacieuse, elle apparaît comme très moderne. Mais son style dénaturé par une intégration désastreuse des éléments de sécurité propre au nouveau continent va limiter sa carrière. De plus, le 1500 cc sort péniblement 69 ch à 5100 t/m au lieu de 75 en Europe à cause des normes anti pollution qui étouffent la mécanique. Elle est disponible en boite 5 manuelle et un carburateur Weber double corps ou avec une injection et la boite automatique VW à 3 rapports comme en Europe.
Des crash tests aux USA eurent des résultats plus qu’intéressant : une Strada lancée à 56 km/h contre une barrière fixe fut la seule de sa catégorie à passer le test avec succès.
A la conduite, elle ne se révèle pas spécialement plaisant ou nerveuse laissant relativement froid le public américains qui recherche des italiennes ayant le sang chaud. Le public est habitué aux versions les plus valorisantes et les plus puissantes de la gamme Fiat : la douche est plutôt froide. Le désamour est rapide et les ventes décevantes, la Strada n’étant pas du tout en phase avec les attentes du consommateur américain.

Image

Image

Image

Image

Image
Fiat Strada USA

En 1981, après 3 ans de production et de ventes médiocres, la version américaine disparait. Malgré cet échec c’est une année charnière et riche dans la vie de la Ritmo, fait de nombreux changements dans la gamme, avec suppression de modèles et arrivées d’autres et surtout d’améliorations qui vont enfin relever le niveau de la présentation et de la finition.

A partir de Février 1981, une version diesel nommée D est disponible en Italie et sur quelques marchés en Europe. Elle n’est disponible qu’en 5 portes avec les finitions L et CL. Elle s’équipe d’un 4 cylindres en ligne de 1714 cc qui développe seulement 55 ch. Ce moteur est un dérivé du bloc 1800 qui équipe la Fiat 132. Une barre stabilisatrice à l’avant prend place pour mieux gérer le surpoids sur le train avant. La boite à 5 rapports est en série. Le pare choc avant diffère légèrement afin d’offrir plus d’ouïes de ventilation du radiateur qui bénéficie de 2 ventilateurs. La direction n’est pas assistée et ce la se ressent tout de suite à la conduite. La consommation moyenne est raisonnable avec ses 6l au 100 mais la vitesse de pointe de 140 km/h est un peu juste. Malgré tout, c’est le diesel le moins cher du marché français.

Image
Ritmo D

Une nouvelle version apparaît aussi dans la gamme : la Super 85 ou 85S. Elle sera nommée Superstrada dans les pays anglophones. Uniquement disponible en 5 portes, elle se présente avec un nouveau tableau de bord mieux fini faisant disparaît le coté froid et dépouillé qui caractérisait l’intérieur de la Ritmo juste là. Les matériaux utilisés et l’assemblage sont de bien meilleures qualités. L’expérience acquise avec la Lancia Delta depuis peu va être mise en application pour donner un aspect plus cossu. Une instrumentation digitale sera même envisagée, étant très moderne et tendance à l’époque mais c’est vers un affichage analogique plus conventionnel mais toutefois plus complet et lisible que s’orientera le centre de style.
Un niveau d’équipement encore rehaussé est aussi proposé. Une très rare option climatisation est disponible.
Le bloc retenu pour la Ritmo 85S est celui de la Lancia Delta 1500 avec un carburateur double corps pour 85 ch et une boite 5 vitesses en série. En option, on peut commander les vitres avant électrique et la fermeture centralisée des portes alors que de série, la montre digitale, le compte tour, les rétroviseurs réglables depuis l’intérieur sont offert. Le volant est réglable en hauteur, la monte pneumatique passe de 13 à 14 pouces pour plus de stabilité. Les performances sont d’un très bon niveau, bien plus que la 75 mais sans cette surconsommation qui caractérise ce modèle: 6,8l au 100.
Pour le marché italien, une version 75S reprenant la finition de la 85S est aussi proposée.
Le succès de la finition S est immédiat.

Image

Image

Image

Image

1981 est aussi l’année du lancement de 2 autres modèles qui vont tirer la gamme vers le haut et devenir des versions recherchées sur le marché de l’occasion.

Seulement disponible en 3 portes, une version sportive vient surfer sur la vague des Gti. La Ritmo 105 TC déboule avec le package de la petite bombe nerveuse à souhait. Une présentation un peu tape à l’oeil et un moteur vitaminé comme il se doit sont disponibles à partir du mois de Mai.
Le pare choc avant est spécifique. De couleur noir, il intègre des projecteurs additionnels et un spoiler. Des filets courent le long de la carrosserie, des jantes spécifiques en 14 pouces sont disponibles en option. En série, ce sont celles de la 85S.
A l’intérieur, la panoplie est dans le ton de l’époque avec un garnissage rouge inévitable, des sièges plus enveloppants, des compteurs à fond orange, un volant cuir à 3 branches et l’ajout de 3 manomètres sur la planche de bord (température et pression d’huile + voltmètre).
Le moteur retenu est un bi-arbre de 1585 cc avec un carburateur double corps pour 105 ch issu de la Fiat 131. Les 180 km/h sont atteint et le 0 à 100 est couvert en 10s. Une barre stabilisatrice à l’avant est montée, des amortisseurs tarés plus fermes complètent le package.

Image

Image

Image

Image

Image
Ritmo 105 TC

Sur la base de la Ritmo 85S, un cabriolet est ajouté à la gamme en cette riche année 1981. Elle bénéfice donc du nouveau moteur provenant de la Lancia Delta, des jantes en 14 pouces, de l’équipement enrichi et du nouveau tableau de bord. La capote à la cinématique assez complexe masque un arceau rigide peu élégant mais rassurant. A noter que les montants de l’arceau sont peints ton carrosserie.
La réalisation de ce cabriolet a été confié à Bertone tout comme sa production. Ce modèle en arbore le logo sur la malle arrière à la place de celui de celui de Fiat.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Une série d’améliorations intervient à la fin de l’année 1981. Fiat réagit suite aux très nombreux problèmes de finition et cherche à améliorer la Ritmo pour relancer sa carrière en cassant son image désastreuse. Ainsi sur les portes avant, disparait la petite vitre du faux déflecteur qui ne servait à rien pour laisser place à une unique vitre mais uniquement sur les versions 5 portes. Les rétroviseurs massifs et triangulaires sont à présent rond et prévu pour être réglable depuis l’intérieur sur certains modèles. La boite de vitesse devient plus souple à utilisée et le servo frein est monté en série sur tous les modèles, ce qui n’est pas un mal. Le logo Fiat devient rond et rouge sur le pare choc avant.
A l’intérieur, la ventilation qui avait un fonctionnement aléatoire est remplacée, l’emplacement des hauts parleurs des portes avant est placé plus bas, les panneaux de portes sont redessinés.

Image
Ritmo 1981

Après le festival de l’année précédente, l’année 1982 sera moins riche en modifications et en nouveautés.
La Ritmo 60 CL est supprimée mais le moteur de 60ch est toujours disponible en version L.
La Ritmo 75 disparaît également mais la 85S assure déjà le haut de gamme avec plus de brio.
Les Ritmo 65 et 105 TC sont toujours au catalogue sans modification.

En complément dans la gamme, une autre version sportive sur la base de la 105 TC voit le jour afin de gagner en sportivité (brutalité diront certains) : l’Abarth 125 TC intègre le catalogue. Le bureau d’étude Abarth rend une copie bien plus sportive que celle de la 105 TC qui parait presque gentille à coté de sa grande soeur. De ce fait, elle affiche le nom et le logo Abarth avec fierté.
Cette fois ci, c’est un 2l double arbre avec un carburateur double corps Weber qui prend place sous le capot : 1995 cc pour 125 ch et 190 km/h. La boite est fournie par ZF, les pneus sont en profil 60 (ce qui est extrêmement bas pour l’époque). Les disques sont ventilés à l’avant mais toujours à tambours à l’arrière. Les suspensions sont encore raffermies et la direction n’est toujours pas assistée : cette Ritmo Abarth 125 TC devient viril là où la 105 TC était amusante. La consommation moyenne s’établie à 8,3l.
Elle ressemble à s’y méprendre à la 105 TC sauf en ce qui concerne le hayon où se pose un curieux spoiler noir (que la 105 TC adopte aussi), des jantes au dessin spécifique et des bandes latérales 2000. La roue de secours migre dans le coffre, protégée par une housse très élégante, mais mangeant sérieusement l’espace dévolu aux bagages.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Ritmo Abarth 125 TC

La série 2 : 1983 - 1985
Mars 1983 est le temps d’un restylage très profond pour la Ritmo qui lui donne une allure plus carrée, plus en rapport aux années 80 et qui lui fait perdre son charme tout en modernisant la ligne.
Une calandre à 4 phares (sauf sur les modèles les plus bas de gamme) est intégrée avec un logo plus moderne. Les clignotants avant migent des pare chocs aux bords des ailes. Les feux arrière sont agrandis. Les pare chocs avant et arrière sont complètement redessinés et épurés.

Image

Image

Image

Le châssis subit de profondes modifications ce qui faire dire qu’il s’agit en fait d’une Ritmo 2, complètement renouvelée. En moyenne, 70 kg sont gagnés avec en plus la résolution de plusieurs problèmes sur le train avant des versions diesel et sportives. Les suspensions avant sont revues.
Le réservoir de carburant est déplacé sous les sièges de la banquette afin de sécuriser au mieux le véhicule en cas d’accident au lieu d’être sous la malle arrière. La goulotte de remplissage passe de gauche à droite et est carénée. La roue de secours émigre sous la malle à la place du réservoir au lieu d’être dans le compartiment moteur et devient accessible depuis l’extérieur.

Les boites de vitesses à 5 rapports sont en série sur tous les modèles sauf pour certains modèles d’entrée de gamme qui arborent la calandre à 2 phares en général.
Les motorisations essence sont revues et optimisées afin d’offrir un peu d’économie de carburant grâce à un allumage électronique. Ainsi le 1100 passe de 60 à 55ch mais avec une amélioration des valeurs de couple ce qui rend finalement ce modèle plus agréable à conduire malgré la perte de puissance.
La Ritmo 65 devient Ritmo 70. Elle est disponible en option avec une boite automatique.
La Ritmo D est toujours au catalogue mais passe de 55 à 58 ch.

Les progrès sont très importants au niveau de l’habitacle. La qualité fait un tel bon en avant qu’elle se hisse (enfin) au niveau de la moyenne de la catégorie.
Les tableaux de bord évoluent dans le bon sens sur tous les modèles. Les versions S récupèrent celui déjà présent sur les la versions 85S précédentes et les autres modèles adoptent une version simplifiée de ce même tableau de bord, plus présentable, et plus cossu. La ventilation est enfin améliorée de façon satisfaisante. L’insonorisation est améliorée au niveau du capot moteur.

Image
Tableau de bord des versions S

Image
Tableau de bord

Le cabriolet bénéficie lui aussi du restylage complet.

Image

Image

Idem pour la 105 TC qui change de look mais dont le principe reste le même.

Image
Ritmo Abarth 105 TC

La Ritmo Abarth 125 TC disparaît du catalogue après une très courte carrière mais c’est pour se muer en Ritmo Abarth 130 TC. Le 4 cylindres double arbre est poussé à 130 ch au lieu de 125 grâce à un allumage digital électronique Marelli Digiplex. Deux carburateurs double corps se chargent d’alimenter le bloc. La vitesse maxi atteint à présent 195 km/h avec un 0 à 100 abattu en 8s.
L’intérieur évolue peu avec des sièges au dessin revu et très original si on choisi l’option Recaro mi cuir mi tissu ou tout cuir.
Il peut parait anachronique de choisir à cette époque d’équiper de carburateurs sa version sportive alors que la concurrence a déjà imposée l’injection mais l’explication vient de l’homologation possible dans certaines catégories en rallye (selon les pays) avec une préparation plus sauvage et moins couteuse à la clé. Ce modèle va devenir une sorte de référence tant le niveau de sportivité va être reconnu de façon unanime.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Une version assez particulière apparaît dans la gamme. Si de nos jours, les efforts en matière de maitrise de la consommation sont encouragées par les normes de plus en plus sévères en matière de rejet de polluants, au début des années 80, de nombreuses études visent à réduire la consommation des véhicules à cause du prix flambant des carburants durant la dernière décennie. On voit des moteurs fonctionner sur une moitié de ses cylindres (Alfa 75) par exemple ou des v8 couper une rangée de cylindres aux USA.
Fiat lance la Ritmo 60 ES (Energy Saving) qui inclue un système d’économie d’énergie dénommé City Matic qui coupe l’alimentation en carburant dans les phases de décélération. Le Cx est lui aussi amélioré car il passe de 0,42 pour une Ritmo 60 ‘normale’ à 0,38 grâce à l’ajout d’un spoiler sur le toit et de déflecteurs de vitres spécifiques anti turbulences.
Le moteur n’est pas tout à fait le même qu’une Ritmo 60 ‘normale’. Des pistons légèrement différents permettent d’obtenir un taux de compression légèrement plus important associés à un arbre à cames est différent et des rapports de boite allongés. A la conduite, les 55cv (même puissance que la Ritmo 60) ne sont pas trop juste mais les rapports de la boite sont relativement bien étagés et la consommation moyenne s’établit vers 5,8l.
Le tableau de bord s’enrichit d’un économètre qui indique la consommation instantanée et un signal pour passer au meilleur moment le rapport supérieur aide le conducteur.
Le prix de vente supérieure de la Ritmo 60 ES par rapport à la Ritmo 60 se compense par sa plus faible consommation mais la rentabilité n’est pas rapide malgré tout.

Image
Ritmo 60 ES

La nouvelle gamme 1983 s’articule ainsi :
60 3 portes
60 5 portes
60 S 5 portes
60 ES 5 portes Energy Saving
70 5 portes Automatique
70 S 5 portes
85 S 5 portes
105 TC 3 portes
130 TC 3 portes
D 5 portes
D S 5 portes
85 S Cabriolet

A noter : la base de la Ritmo 2 va servir en cette même année 1983 à lancer la Fiat Regata, une version 3 volumes (avec malle arrière classique) qui connaitra un dérivé break nommé Week end. Mais pourquoi ne pas avoir lancé une Ritmo 3 volumes tout simplement ou lieu de lui donner un autre nom alors ? C’est un moyen pour Fiat de se démarquer de la Ritmo et de sa réputation peu flatteuse acquise jusque là tout en utilisant la même base technique à présent plus saine mais sans le revendiquer.

Les changements radicaux de l’année précédente laisse une année 1984 sans changement notable. Ce sont les nombreuses séries spéciales qui vont se multiplier qui vont aider les ventes de Ritmo qui s’essoufflent petit à petit.

La série 3 : 1986 - 1988
Un léger changement de style intervient à la fin de l’année 1985 pour le millésime 1986. On parle parfois de Ritmo 3 pour accompagner cette nouvelle gamme.
Le pare choc avant change pour mieux intégrer les anti brouillard. A l’arrière, la plaque d’immatriculation descend de la malle vers le pare choc alors qu’une plaque striée prend place entre les feux. Des protections latérales font leur apparition sur les flancs de la carrosserie et les poignées de portes sont de forme rectangulaire, reprises à la Fiat Regata.
La carrosserie 3 portes est abandonnée si elle n’est pas déclinée avec un moteur sportif mais n’a pas droit aux poignées de portes de Regata.

Image

Image

Image

La Ritmo Abarth 130 TC est toujours au programme sans grand changement. Les jantes adoptent un dessin à la Fiat uno Turbo i.e..

Image

Image
Ritmo Abarth 130 TC

La gamme de moteur est reconduite sans changement.

A partir de février 1986, une seconde motorisation diesel apparaît dans la gamme. Un nouveau bloc de 1929 cc gavé par un turbo et un échangeur fournit ses 80ch à la Rtimo Turbo ds ou Tds. La différence en terme de performance est largement comparable au gouffre qui sépare une Ritmo 60 d’une 105 TC.
Il est important de noter que cette Ritmo sera la seule à s’équiper d’une direction assistée qui n’est pas superflue. Sa boite fournit par ZF et ses faux airs d’Abarth à l’avant avec ses anti brouillard intégrés et ses enjoliveurs spécifiques lui donne une allure de sportive.
Ses performances sont d’un tel niveau par rapport à la concurrence que petit à petit, les berlines compactes vont elles aussi toutes s’équiper d’un turbo à l’avenir.

Image
Ritmo turbo DS

Ce sont les séries spéciales qui vont continuer de doper les ventes d’une Ritmo complètement en perte de vitesse face à une concurrence plus moderne et dont la réputation n’est pas aussi ternie malgré les remises à niveau.
La gamme à partir de 1986 s’articule ainsi :
60 L 5 portes
60 CL 5 portes
60 S 5 portes
70 CL Automatique 5 portes
70 S 5 portes
100 S 5 portes
130 TC 3 portes
D L 5 portes
D CL 5 portes
Turbo DS 5 portes

Les motorisations ont aussi droit aux nouveautés en 1987 alors que la fin de carrière pour la Rimo est proche. Les Ritmo 60 gagne un carburateur double corps pour +3 ch (58 en tout) de son coté. La version ES est disponible mais devient une option.
Uniquement pour le marché italien et quelques pays, une Ritmo 70 CL de 68 ch revient dans la gamme.
Les Ritmo 85S et 105 TC disparaissent elles aussi mais sont remplacées par une Ritmo 100S (uniquement disponible en 5 portes). Elle récupère le moteur de la 105 TC qui fournit toujours 105 ch mais avec un travail sur la souplesse et les consommations. Ce qu’elle pert en sportivité, elle le gagne en homogénéité. De ce fait le cabriolet 85S se mue en 100S et sera souvent nommé Supercabrio.

Image
Ritmo 100S

La Ritmo D troque son 1714cc de 58 ch contre un nouveau bloc de 1697 cc de 60ch. Les performances sont comparables mais très légèrement meilleures avec aussi des progrès en terme de consommation et de souplesse d’utilisation.

Avant la fin de l’année 1987, les modèles Abarth et cabriolets disparaissent du catalogue.

La fin de production intervient courant décembre 1987 mais les ventes continuent sur stock jusque Mars/Avril 1988. La remplaçante est présentée pour une commercialisation immédiate au salon de Genève 1988 (Mars) : la Tipo ouvre une nouvelle ère pour Fiat en reprenant les acquis de la Ritmo. Ce sont 2 044 393 exemplaires de Ritmo qui ont été produits en 10 ans de carrière.

La gamme pour l’année 1988 :
60 5 portes
60ES 5 portes
70 5 portes
100S 5 portes
D 5 portes
Turbo DS 5 portes

Image
Renault Clio 3 1,5l Dci 85 Expression 2006
Renault Laguna 2,2l Dci 150 Carminat 2004
Alfa 156 3,2l GTA 250 Selespeed 2004
Lancia Kappa SW 2,4l JTD 136 LS Pack 1998
Avatar de l’utilisateur
psal24
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 13168
Inscription: Jeu Fév 12, 2004 7:00 am
Localisation: Essonne (91)

Re: Fiat Ritmo

Messagede psal24 » Lun Avr 16, 2012 4:19 pm

Les caractéristiques techniques :

Ritmo 60 : 1978 – 1982
4cyl à carburateur
1116 cc : 80 x 55,5
60 ch à 5800 t/m /
6cv
Couple 8,3 m/kg à 3500 t/m
860 kg
145 km/h, 0 à 100 en 17,1s

Ritmo 60 : 1983 – 1986
4cyl à carburateur
1116 cc : 80 x 55,5
55 ch à 5600 t/m /
8cv
Couple 8,7 m/kg à 2900 t/m
815 kg
145 km/h, 0 à 100 en 15,9s, 1000 DA en 37,9

Ritmo 60 : 1987 – 1988
4cyl à carburateur double corps
1116 cc : 80 x 55,5
58 ch à 5700 t/m /
6cv
Couple 8,9 m/kg à 3000 t/m
845 kg
150 km/h

Ritmo 65 : 1978 – 1982
4cyl double arbre à carburateur
1301 cc : 86,4 x 55,5
65 ch à 5800 t/m /
Couple 10 m/kg à 3500 t/m
870 kg
152 km/h, 0 à 100 en 15,7s

Ritmo 70 : 1983 – 1986
4cyl à carburateur double corps
1301 cc : 86,4 x 55,5
68 ch à 5700 t/m /
6cv
Couple 10,2 m/kg à 2900 t/m
155 km/h

Ritmo 70 : 1987 – 1988
4cyl à carburateur double corps
1301 cc : 86,4 x 55,5
65 ch à 5600 t/m /
6cv
Couple 10,2 m/kg à 3000 t/m
860 kg
155 km/h

Ritmo 75 : 1978 – 1982
4cyl double arbre à carburateur double corps
1499 cc : 86,4 x 63,5
65 ch à 5800 t/m /
Couple 12 m/kg à 3000 t/m
870 kg
158 km/h, 0 à 100 en 13,9s

Ritmo 85S : 1981 – 1982
4cyl à carburateur double corps
1499 cc : 86,4 x 63,9
85 ch à 5800 t/m /
7cv
Couple 12 m/kg à 3800 t/m
915 kg
163 km/h, 0 à 100 en 12,2s

Ritmo 85S : 1983 – 1986
4cyl à carburateur double corps
1499 cc : 86,4x 63,9
82 ch à 5800 t/m /
7cv
Couple 12,2 m/kg à 3000 t/m
165 km/h

Ritmo 100S : 1987 – 1988
4cyl double arbre à carburateur double corps
1585 cc : 84 x 71,5
105 ch à 6100 t/m /
6cv
Couple 13,6 m/kg à 4000 t/m
905 kg
180 km/h, 0 à 100 en 9,5s, 1000 DA en 31,1s

Ritmo 105 TC : 1981 – 1982
4cyl double arbre à carburateur double corps
1585 cc : 84 x 71,5
105 ch à 6100 t/m /
9cv
Couple 13,6 m/kg à 4000 t/m
950 kg
175 km/h, 0 à 100 en 10,1s

Ritmo 105 TC : 1983 – 1986
4cyl double arbre à carburateur double corps
1585 cc : 84 x 71,5
105 ch à 6100 t/m /
8cv
Couple 13,6 m/kg à 4000 t/m
905 kg
180 km/h, 0 à 100 en 9,5s

Ritmo Abarth 125 TC : 1981 – 1983
4cyl double arbre à carburateur double corps
1995 cc : 84 x 90
125 ch à 5500 t/m /
11cv
Couple 17,5 m/kg à 3500 t/m
980 kg
190 km/h, 0 à 100 en 8,2s, 1000 DA en 30,2s

Ritmo Abarth 130 TC : 1983 – 1987
4cyl double arbre à carburateur double corps
1995 cc : 84 x 90
130 ch à 5900 t/m /
11cv
Couple 18 m/kg à 3600 t/m
950 kg
200 km/h, 0 à 100 en 7,7s, 1000 DA en 28,8s

Ritmo D : 1981 – 1982
4cyl injection
1714 cc : 83 x 79,2
55 ch à 4500 t/m /
6cv
Couple 10,0 m/kg à 3500 t/m
960 kg
140 km/h, 0 à 100 en 19,1s

Ritmo D : 1983 – 1986
4cyl injection indirecte
1714 cc : 83 x 79,2
58 ch à 4500 t/m /
6cv
Couple 10,5 m/kg à 3000 t/m
920 kg
145 km/h

Ritmo D : 1987 – 1988
4cyl injection
1697 cc : 82,6x79,2
60 ch à 4500 t/m /
6cv
Couple 10,5 m/kg à 3000 t/m
940 kg
150 km/h

Ritmo Turbo ds : 1987 – 1988
4cyl injection turbo
1929 cc : 82 x 90
80 ch à 4200 t/m /
6cv
Couple 17,5 m/kg à 2400 t/m
970 kg
170 km/h, 0 à 100 en 19,1s

Les séries spéciales et / ou limitées :

Ritmo Targa Oro
En juillet 1979 apparaît la première série spéciale sur base de Ritmo. La Targa Oro se place immédiatement au sommet de la gamme avec son équipement largement revu à la hausse et sa finition bien plus cossue. On note en particulier les jantes alliage à 4 branches bi-colore et un intérieur (sièges, moquette et panneaux de portes) velours marron très valorisant et confortable avec appuis têtes. Les anti brouillard avant, les vitres teintées, les projecteurs halogènes et l’essuie glace arrière sont offerts. Des filets sur la carrosserie, des logos Trago Oro sur les ailes avant viennent rehausser la présentation alors que cette version n’est disponible qu’en noir ou marron métallisé avec ses boucliers ton carrosserie.
A l’intérieur, on trouve un compte tour, une montre digitale, un thermomètre d’eau et un pré équipement radio avec antenne sur le pavillon, l’autoradio étant en option. Elle se place ainsi entre la CL et la S.
Uniquement disponible avec le 1300 au début en 3 ou 5 portes, elle sera aussi proposée avec le 1500 à partir de juillet 1980 mais uniquement en 5 portes.
Elle sera proposée de 1979 à fin 1981 vu le succès rencontré. Elle sera presque intégrée à la gamme durant cette période. L’arrivée de la Ritmo 85S la pousse vers la sortie. Du coup on dénote 40 000 exemplaires produits.

Image

Image

Image
Targa Oro

Ritmo Star Trek :
En 1979, en Suisse uniquement, sort une série spéciale qui tire profit d’un phénomène cinématographique. La base est une Ritmo 75 avec une décoration spécifique inspirée de l’affiche du film, uniquement en 5 portes, à laquelle on ajoute un autoradio dernier cri (affichage digital, recherche automatique des stations, télécommande). A noter qu’un téléviseur portatif avec prise sur l’allume cigare est offert.

Ritmo Sound :
Uniquement pour le marché Allemand en 1980, la Ritmo Sound se présente comme une série spéciale pour les plus jeunes : couleur jaune/orange pétante, décoration spécifique, autoradio, anti brouillard avant, essuie glace arrière en série et banquette fractionnable en option sur base de Ritmo 75.

Image

Ritmo Cristal :
Pour le marché Suisse, une version équipée de nombreux accessoires d’origine pour l’hiver est proposé en 1980. A partir d ‘une Ritrmo 75 Cl, on ajoute des pneus neige cloutés, des anti brouillard à l’avant, des bavettes pour les roues arrière, des barre porte ski et des chaines. On trouve aussi un autoradio et un jeu de tapis en caoutchouc à l’intérieur.

Ritmo Spéciale :
Pour janvier 1984, à partir d’une Ritmo 60C à laquelle on ajoute un toit ouvrant, un autoradio, des enjolivers en alu (!), une décoration spécifique, un essuie glace arrière, un économètre et une calandre 4 phares on obtient une Ritmo Spéciale. Elle est disponible en blanc, rouge ou gris clair métal. La sellerie est celle d’une Ritmo C normale. Le supplément demandé par rapport à une Ritmo 60C est de 4000 frs.

Image
Spéciale

Ritmo cabriolet Palinuro :
Sortie comme série spéciale en 1984, la Ritmo Cabriolet Palinuro va être renouvelée tous les ans pour l’été jusqu’à pour l’année 1987 un peu partout en europe. On la reconnaît immédiatement à sa présentation bicolore brun/beige ou bleu métal / bleu azur. Par rapport à l’équipement d’une Cabriolet 85S, la Palinuro y ajoute des lave phares, 2 rétroviseurs extérieurs et une sellerie spécifique bicolore, le tout pour 5500 Frs de plus.

Image

Image

Image

Image
Paluniro

Ritmo IN :
En novembre 1985, une série spéciale propose une finition plus soignée et plus poussée de la Ritmo. Sur la base d’une 60 CL, pour seulement 1000 Frs de plus, la Ritmo IN offre une peinture métal d’un gris spécifique, enjoliveurs de Ritmo ES, décoration extérieure inédite, autoradio et une sellerie en tissus inédite.

Image

Image

Image

Image
Ritmo IN

Ritmo Team :
Pour 1985 en Belgique, une Ritmo CL (60, 70 ou D) se voit mieux équipée pour un supplément très léger. On la reconnaît à ses enjoliveurs spécifiques intégraux, filet et logo Team sur la carrosserie, ses anti brouillard avant sa sellerie tissu spécifique avec appuis têtes ajourés et à son installation audio à radio cassette.
Le succès de cette version étant au rendez vous, elle sera à nouveau proposée en 1986 et 1987 dans toute l’Europe avec quelques nuances d’équipement.

Image

Image
Team

Ritmo Targa Nera et Bianca :
En janvier 1986, une série spéciale se généralise dans la gamme Fiat sur pratiquement tous les modèles. Il s’agit de proposer une peinture intégrale blanche ou noire avec une décoration spécifique, des équipements supplémentaires (glaces teintées, autoradio) sur un modèle de l’entrée de gamme (Ritmo 60 CL). Le supplément demandé est de 3500 Frs.

Image

Ritmo Quartz :
Pour Décembre 1986, 1600 exemplaires de Ritmo Quartz sont mises en vente. La base est une Ritmo 60 CL se laquelle on greffe une boite à 5 vitesses (au lieu de 4), peinture gris quartz métal, enjoliveurs de Ritmo ES, anti brouillard, filet sur la carrosserie, toit ouvrant, sellerie spécifique en tissu bleu et des glaces teintées. Le tout est offert contre un supplément de 3000 Frs.

Ritmo Estivale :
Pour l’été 1987, la gamme Fiat se transforme en version estivale. La recette est un eu la même pour chaque modèle (Ritmo mais aussi panda, Uno, Regata) : prendre un modèle assez basique et lui ajouter pour une somme modeste (3500 frs) des équipements comme des enjoliveurs spécifiques, une décoration multicolore, un toit ouvrant, un autoradio à cassette, des vitres teintées.
La base est une Ritmo 60 CL bleu azur.

Image
Estivale
Renault Clio 3 1,5l Dci 85 Expression 2006
Renault Laguna 2,2l Dci 150 Carminat 2004
Alfa 156 3,2l GTA 250 Selespeed 2004
Lancia Kappa SW 2,4l JTD 136 LS Pack 1998
Avatar de l’utilisateur
psal24
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 13168
Inscription: Jeu Fév 12, 2004 7:00 am
Localisation: Essonne (91)

Re: Fiat Ritmo

Messagede psal24 » Lun Avr 16, 2012 4:20 pm

Une Ritmo électrique :
Aux USA, US Electricar est connu pour transformer des voitures en véhicule électrique. On dénombre de nombreuses modifications sur des bases exotiques (donc peu chères à l’achat) comme les Renault Le Car (notre R5 nationale) mais aussi sur base de Fiat Strada, la Ritmo version anglophone.

Image

Image

Image

Image

Image

Seize batteries de 6v sont installées. La vitesse maxi est de 104 km/h pour une autonomie de 100 km environ. Cette Strada est toujours une 4/5 places mais pèse 1300 kg à présent.

Fiat Ritmo Abarth 130 TC Hormann :
Le préparateur Hormann s’est intéressé de près à la gamme Fiat des années 80, proposant des kits carrosserie célèbres pour leurs calandres à 4 phares carrés (pour de nombreuses autres marques d’ailleurs). Ce même préparateur va aller jusqu’à faire courir quelques Ritmo en groupe 2 et proposer à la vente des kits de performance homologués pour la route ou la piste.
Même des versions 1100 seront engagées en piste avec des préparations plus ou moins sauvages.

Image

Image

En groupe 2, les préparations vont jusque 180 ch sans problème à partir des Abarth 130 TC et une rare version ira même jusque 220 ch à partir d’un 1500 réalésé en 1600.

Image

Image

Pour le grand public, des kits carrosserie vont être proposés avec des extensions d’ailes proéminentes pour singer les versions de piste, des jantes Ronal super larges, la calandre 4 phares incontournable… Les versions Abarth 125 puis 130 TC vont servir à promouvoir ces divers kits.

Image

Image

Image

Image
125 TC

Image

Image

Image

Image
130 TC

Le kit moteur avoisinait les 150 ch mais son prix était extrêmement dissuasif : pistons forgés, arbres à cames, poulies, barre anti rapprochement, échappement boite de vitesses, amortisseurs, ressorts courts…. Pratiquement tout y passe.

Un peu toutes les motorisations auront droit à leur revue : la Ritmo 75 par exemple passe à 96 ch. Elle entre en concurrence direct avec la Talbot Horizon Gutmann et ses 90 ch, bien plus lourde et moins puissante.

La Fiat Ritmo Coupé Pininfarina :
Au salon de Genève 1983, Pininfarina présente sa vision du coupé Fiat Ritmo. La base est un coupé Ritmo Abarth 125 TC. Si la mécanique est reprise sans modification, le design général (intérieur et extérieur) est totalement inédit. Cette étude présente ce que sera le style qui va se généraliser à la fin des années 80 sur de nombreuses automobiles.
On constate donc une caisse relativement carrée avec des lignes tendues et des triangles pour couper les droites mais pas ou peu de courbes. Le Cx est de 0,29. Les projecteurs avant et arrière de grande dimension s’étalent en long.
A l’intérieur, les commandes se rassemblent vers le conducteur pour laisser plus de place au passager et aux rangements de proximité. Les lignes du tableau de bord se poursuivent sur les contre portes.

Image

Image

Image

La Seat Ritmo :
Dès 1979, les chaines de production du constructeur Seat produisent sous licence la Fiat Ritmo dans une version qui est totalement similaire au modèle de Turin si ce ne sont les logos. On peut noter toutefois que seule la version à 5 portes sera produite.
En ce qui concerne les mécaniques, ce sont les productions locales qui sont placées sous les capots moteur ; des versions assez anciennes des bloc Fiat avec une boite à 4 rapports seulement sur tous les modèles. On retrouve donc un 1197 cc de 64 ch sur la Seat Ritmo 65 et un 1438 cc de 77 ch sur la Seat Ritmo 75.
Deux niveaux de finitions sont proposés au lancement : L pour la Ritmo 65 et et CL pour les Ritmo 65 et 75.

Image

Image

Image

Elle gagne en 1980 le titre de voiture de l’année en Espagne et une nouvelle version apparaît dans la gamme : la Seat Ritmo D (uniquement disponible en version CL). Elle repend le moteur italien de 1714 cc pour 55 ch faisait de ce modèle la première diesel compacte fabriquée en Espagne.

En 1981, la Seat Ritmo évolue comme la Fiat Ritmo, avec ses nouveaux rétroviseurs et son nouveau logo au centre du pare choc avant et non plus sur la calandre.
Toujours en 1981, une boite à 5 rapports est disponible sur la Ritmo 75 CLX qu’on reconnaît immédiatement à ses sièges redessinés et plus confortables.

Image

Image
Seat Ritmo 75 CLX

1981 sera aussi l’année du lancement de la Seat Ritmo 100 Crono, une version revue et corrigée de la Ritmo 105 TC italienne. Le moteur n’est pas le même qu’en Italie (1592 cc) et ne développe que 95 ch. On le retrouve déjà sur d’autres productions locales comme les Seat 132, 1430 Especial ou 131. Elle reprend la finition de la version CLX et n’est disponible qu’en 5 portes comme toutes les autres Seat Ritmo.

Image

Image
Seat Ritmo 100 Crono

Fin 1981, Seat lance une version 75 CLX qui est la copie de la Ritmo 85S mais conserve le moteur des années précédente. Seule la présentation s’améliore avec des pneus qui passent en 14 pouces, le nouveau tableau de bord et l’ajout d’une barre stabilisatrice à l’avant. La puissance est ramenée de 77 à 75 ch pour un couple inchangé mais atteint plus tôt.

Image

Image
Seat Ritmo millésime 1982

Pour le début de l’année 1982, une nouvelle version sportive, la Seat Ritmo Crono 122 apparaît dans la gamme, disponible sous forme de kit uniquement. C’est une réponse à l’Abarth 125 TC italienne mais ici équipée d’une version revue et corrigée du 1600 de la Crono 100 ré-alésé en 1756 cc pour 122 ch à 6500 t/m. L’alimentation est à carburateur double corps. Le couple maxi est de 17 m/kg à 4500 t/m. La vitesse max est de 180 km/h.
Les performances, bien que cette version ne soit pas équipée du 2,l de l’Abarth, s’en rapproche sérieusement pour une cylindrée inférieure.

Image

La carrière de la Seat Ritmo va rapidement s’achever fin 1982 suite à la rupture du contrat technologique et financier qui liait Fiat à létat espagnol depuis 50 ans. Un accord est trouvé le 29 mai 1981 qui autorise Seat à poursuivre les productions en cours si un changement de style dit significatif intervient rapidement. La Seat Ritmo devient donc Seat Ronda après 118 450 exemplaires produits.

De son coté, comme à son habitude, le carrossier espagnol Emelba propose des dérivés sur base de Seat Ritmo comme un utilitaire inédit.

Image
Seat Ritmo Emelba

La Seat Ronda
Suite à la rupture des accords entre Fiat et l’état espagnol, Seat doit modifier ses productions locales sous licence Fiat afin de continuer sa production. La Seat Ritmo va se muer en Seat Ronda pour la fin de l’année 1982. Selon les modalités de la rupture, des modifications significatives doivent accompagner ce changement. Ainsi, la Seat Ritmo va être complètement restylée dans l’urgence en la mettant au gout du jour des années 80. Les lignes tendues sont toujours présentes mais les parties rondes et les courbent disparaissent. C’est Tom Tjaarda qui signe la ligne pour le compte de la carrosserie Fissore. L’ambition de la Seat Ronda est de se vendre sur les marchés européens et plus seulement local. Donc malgré l’urgence, les moyens sont mis pour proposer un modèle compétitif avec un Seat conquérant qui va entrer en concurrence direct avec l’ancienne maison mère.

Les feux avant sont désormais rectangulaires tout comme les feux arrière qui s’agrandissent. Les poignées de portes sont désormais rectangulaires et encastrées. Les boucliers avant et arrière sont d’un dessin assez neutre mais plus enveloppant. Une calandre à barrettes en plastique noir intègre le logo. La roue de secours reste située sous le capot moteur contrairement à la version italienne dont le réservoir de carburant avait été déplacé.
Le style est finalement très proche de ce que va être la Ritmo 2 ou même 3 à tél point que ce la respire le plagiat. Fiat va poursuivre en justice Seat, lui reprochant de lui avoir volé des documents internes.

Une première série qui va s’étendre de 1982 à 1984 va lancer la carrière de la Ronda. Elle conserve les moteurs de la Seat Ritmo qui étaient commercialisés jusque là. La gamme débute donc avec un 1197 cc de 64 ch et est complété en essence par un 1438 cc de 75 ch. En diesel, le bloc Fiat de 1714 cc de 55 ch est aussi proposé. Pour coiffer la gamme, la version sportive Crono (nommée SX à l’exportation) est aussi de la partie avec son 1592 cc de 95 ch.
Un nouveau moteur, d’origine Fiat intégrer la gamme : un 1995 cc de 118 ch.

Les finitions se nomment toujours L, CL et CLX et les détails intérieurs sont proches de la Seat Ritmo en version CLX, elle-même inspirée de la Fiat Ritmo 85S. Ainsi le tableau de bord de la CLX (et de la Crono) est celui de la Fiat Ritmo 85S.

Image

Image

Image

Image
Tableau de bord CLX

Image

A partir de 1984, VW, nouveau propriétaire de Seat commence à se débarrasser des gènes trop marqués Fiat et lance ainsi une vague de modifications qui ouvre la voie à une seconde série de Seat Ronda.
Les motorisations sont en partie renouvelées. Le 1200 Fiat laisse place à un nouveau 1200 (1193 cc) de 63ch (-1ch par rapport à l’ancien bloc). Le 1400 de son coté devient un 1500 (1461 cc pour 85ch, +10ch par rapport à l’ancien moteur). Ces 2 groupes sont estampillé System Porsche et un P stylisé figure sur les flancs des Seat Ronda.
Les versions diesel et à moteur 2,0l sont reconduites sans changement.
La version Crono / SX est supprimée du catalogue sans remplacement.

Image

Les nouvelles finitions se nomment L, GL et GLX. Le tableau de bord change complètement avec un nouveau volant : l’ensemble se différencie complètement du modèle Fiat. Fini les rondeurs et place au carrés et rectangles à tous les niveaux.

Image

Image

Image

Image

Image

La production s’achève en 1986 après 177 738 exemplaires. Les ventes ont été honorables sur le marché européen (Bénélux, Allemagne, Italie, France….). Le nouveaux réseau de distribution de Seat se met en place à cette époque alors que les procès avec Fiat se multiplie, les italiens accusant les espagnols d’avoir copiés/volés le restylage de la Ritmo pour créer la Ronda.

Emelba, carrossier espagnol spécialiste des modifications sur les productions locales va proposer quelques modèles hors série sur base de Seat Ronda comme la poker, une version utilitaire tollé ou pick up qui peut même être équipée d’une cabine façon camping car.

Image

Image

Image

Image

Un projet de break très original avec des gènes de monospace nommé Cargo sera mis aussi en chantier sur base de Seat Ronda mais ne verra pas le jour.

Image

Image
Renault Clio 3 1,5l Dci 85 Expression 2006
Renault Laguna 2,2l Dci 150 Carminat 2004
Alfa 156 3,2l GTA 250 Selespeed 2004
Lancia Kappa SW 2,4l JTD 136 LS Pack 1998
Avatar de l’utilisateur
psal24
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 13168
Inscription: Jeu Fév 12, 2004 7:00 am
Localisation: Essonne (91)


Retourner vers Les dossiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité