Site Announcements

Accès direct au site Lancia Net :
Image

Bienvenue à toutes et à tous sur le forum Lancia Net, forum du site et du club Lancia Net.

Véritable lieu d'échange entre passionnés de la marque, n'hésitez pas à venir vous y présenter. Et n'oubliez pas de consulter la FAQ, où vous trouverez bon nombre d'informations précieuses pour nos belles !


Obtenez vos entrées à 10€ au lieu de 14€ pour la salon Epoqu'auto à Lyon grâce au club !

Alfa 33

Découvrez les nombreux dossiers Lancia Net ! Bonne lecture !

Alfa 33

Messagede psal24 » Lun Mai 17, 2010 1:19 pm

Image

Une succession à succès :
Pour remplacer son best seller l’Alfasud, Alfa Roméo fait du neuf avec du vieux au début des années 80. Sans gigantesque révolution, cette petite traction à moteur boxer (cylindres à plat opposés) va être améliorée un peu à tous les niveaux afin de se renouveler à peu de frais et ainsi offrir un nouveau modèle. Imposer L’Alfasud et sa traction pour la marque de Turin ne s’est pas fait simplement dans le cœur des habitués de la marque mais elle a ouvert une route à succès en proposant une auto plus petite et moins chère à une nouvelle clientèle qui n’aurait pas eu l’idée ou les moyens de s’offrir une berline de la marque. Si la carrière de l’Alfasud a été longue et brillante, il en sera de même pour sa petite sœur avec qui elle partage bon nombre d’éléments.
La nouvelle venue se nommera 33, en référence à une série de prototypes de courses qui, dans les années 70 ont marqués le sport automobile de leur emprunte. Il n’y a aucun rapport en fait entre cette nouvelle Alfa Roméo 33 et ces voitures de sport, si ce n’est donner une image plus sportive et plus dynamqiue à la remplaçante de l’Alfasud qui l’était déja.

Image

Image

La première série :
Sortie en 1983, la première série de l’Alfa Roméo 33 se montre plus agressive dans sa robe que ne l’était l’Alfasud. Si l’Alfasud a attendue sa fin de carrière pour avoir droit à un hayon, la 33 en aura un dès le début, lui permettant d’être tout de suite dans le coup. Les carrosseries à 5 portes sur les berlines compactes sont en passe de devenir la norme. La ligne est signée par Ermanno Cressoni.
Au niveau technique, la nouvelle Alfa 33 est principalement une Alfasud avec une nouvelle carrosserie. Les freins avant ne sont plus collés au différentiel mais derrière les roues et on trouve des tambours pour la majorité des versions à la place des disques dela ‘Sud. Le frein à main n’agit plus sur les roues avant mais plus conventionnellement sur les roues arrière. Les suspensions sont revues mais sont moins abouties et laisse moins de place à l’agilité de la ‘Sud. Les boites de vitesses seront toutes à 5 vitesses. Le poids total des 33 est très raisonnable avec seulement 900 à 950 kg selon les versions. Le reste est quasi identique.

Image

Image

Image
Finition différente pour la 1500

La gamme s’articule autour de 2 modèles pour l’instant basé sur les moteurs Boxer de la ‘Sud. Un 1300 (1351cc) de 79 ch à simple carburateur ouvre la gamme suivit par un 1500 (1490cc) Quadrifoglio Oro / Quadrifoglio verde (nom différent selon les pays) à carburateur double corps de 95 ch.
Les versions 1300 et 1500 se reconnaissent extérieurement et intérieurement par des détails qui font toute la différence. Ainsi, le 1500 hérite d’une peinture métallisée, de protections latérales noires, d’anti brouillards avant intégrés, des clignotants avant blancs au lieu d’orange, des répétiteurs latéraux et un intérieur avec un tissu et d’un dessin différent. L’équipement est aussi moins riche sur la 1300 sans être dépouillé, loin de là. Les vitres avant électrique et la centralisation des portes, l’odinateur de bord Alfa Control sont d’origine sur tous les modèles. L’équipement sera un des points fort de la 33. L’originalité à l’intérieur provient du bloc compteur qui bouge en même temps que le réglage en hauteur du volant. Le neiman reste, héritage de l’Alfasud, positionné à gauche du volant. La qualité de fabrication de cet intérieur n’est pas son point fort. La finition manque cruellement de qualité dans les matériaux et les assemblages et ce constat durera toute la vie de la 33. Pour certains pays, la climatisation est aussi disponible sur les versions haut de gamme.

Image

Image
Finition bois pour le volant de la 1500

La gamme complète 1983 :
33 1.2 (1186) 68 ch
33 1.3 (1351) 79 ch
33 1.5 Qv (1490) 95 ch

Image

A noter que la version 1186 cc de 68 ch du 4 cylindres boxer était disponible dans certains pays, principalement dans la partie méditerranéenne de l’Europe (Italie, Grèce, …). Ce moteur est en faite un retour en arrière aux tous premiers moteurs de l’Alfasud et permet de mettre une entrée de gamme encore moins chère.

Image

Pour l’année 1984, la gamme s’étend alors que l’Alfasud n’est plus produite désormais. La page est définitivement tournée. La gamme en profite pour s’enrichir et atteindre un niveau complet.
Une version 1300 S est proposée au catalogue. Il s’agit du 1300 équipé de 2 carburateurs double corps qui permettent de sortir 86 ch du 4 cylindres. L’équipement de la 1300 de base s’en trouve modifié et rabaissé (perte des vitres électriques et de la centralisation des portes) afin d’offrir une version plus accessible.
Le 1500 de 95 ch existe toujours au catalogue avec une présentation semblable mais est utilisé avec une transmission intégrale non permanente en option. Le passage en 4 roues motrices se fait via une petite manette située proche du siège conducteur coté droit. La petite berline Alfa est ainsi une des premières compactes à recevoir une telle transmission en grande série. Ce changement sera aussi une évolution qui sera suivit par bon nombre d’autos et de marques mais principalement sur des berlines plus grosses et plus lourdes qu’une simple compacte comme la 33 en son temps. C’est une vraie évolution et révolution alors que les 4 roues motrices sont semble t il, à l’époque, l’avenir de l’automobile moderne. La prévision est de vendre 20 % de voitures 4x4 dans le futur pour toutes les marques généralistes. Cette 1500 4x4 est en fait un projet assez ancien, provenant de l’Alfasud, initié par Pinifarina en 1982 qui n’a pas connu de destinée industrielle à l’époque. Le coffre, du fait de l’ajout de cette transmission supplémentaire aux roues arrière, perd de sa contenance. Le poids est en augmentation pour atteindre environ 960 à 990 kg. La suspension a été légèrement revue pour donner plus de hauteur à la caisse.

Image

Image
Boxer 1500

Enfin, la gamme se complète par une nouvelle carrosserie. Tout comme l’Alfasud, la 33 sera disponible en carrosserie break. Nommée Sport Wagon, elle aura l’avantage d’avoir 5 portes au lieu de 3 seulement pour son ancêtre, l’Alfasud Giardinetta. D’ailleurs, sur plusieurs marchés, jusque 1988, l’appellation officielle sera Alfa 33 Giardinetta, le nom de 33 SW s’imposant par la suite. Dessinée par Pininfarina, cette carrosserie permet d’avoir un temps d’avance sur la concurrence (encore une fois) qui ne propose pas beaucoup de petites berlines compactes en version break. Cette catégorie de voitures passe de plus en plus par des versions à 5 portes plutôt que 4 à malle arrière classique ce qui semble déjà satisfaire les appétits de la clientèle. Sauf qu’Alfa Roméo voit plus loin en proposant un break en plus de sa 5 portes. A sa sortie, la Sport Wagon n’est motorisée que par le 1500 avec la même présentation que la berline Qv tout en pouvant recevoir la transmission intégrale. Si proposer un petit break est une grosse évolution, lui adjoindre une transmission intégrale est encore et définitivement plus avance sur l’époque que le reste de la concurrence.

Image

Image

Image

Image

La gamme complète 1984-1986 :
33 1.2 (1186) 68ch
33 1.3 (1351) 79 ch
33 1.3 S (1351) 86 ch
33 1.5 Qv (1490) 95 ch
33 1.5 Qv 4x4 (1490) 95 ch
33 SW 1.5 (1490) 95 ch
33 SW 1.5 Qv 4x4 (1490) 95 ch

On peut aussi noter qu’une version moins puissante du 1500 avec un carburateur simple corps a été vendue sur certains marchés avec seulement 84 ch au lieu des 95 de la version ‘normale’. Ce 1500 pouvait équiper la berline en version 4 roues motrices aussi. Une version catalysée sans sonde lambda a aussi été proposée dans quelques pays avec une petite perte de puissance de 95 à 92 ch mais avec un couple inchangé.

La seconde série :
En 1986 pour le millésime 1987, une timide retouche intervient sur les lignes de la 33… car à présent elle ne s’appelle plus Alfa 33 mais simplement 33 dans la gamme du constructeur de Turin qui vient d’être repris par le géant Fiat. La mode a évoluée durant ces premières années de commercialisation et la 33 veut se raccrocher au train avec une petite retouche cosmétique. Les feux arrière deviennent translucides et non plus orange sur la partie des clignotants sans pour autant changer de forme ou de volume. La calandre évolue légèrement avec des barrettes un peu plus épaisses qui mettent un peu plus en valeur le cœur de calandre avec le logo. Les glignotants aavnt sont blancs sur tous les modèles. Les grosses protections latérales noirs mat sont supprimées laissant une ligne plus légère à l’œil. Le style de la 1500 Qv est donc généralisé sur les bas de gamme en fait.

Image

Image

Image

C’est surtout l’intérieur qui change pour adopter un dessin plus simple et fonctionnel. Le volant est redessiné dans un style plus moderne et rappelant moins la Giuilletta et plutôt la 75. L’original système des compteurs réglés en hauteur en même temps que le volant est abandonné.
Les contre portes sont aussi changés pour des modèles à l’aspect plus massif. L’ordinateur de bord selon, les marchés, n’est plus livré d’origine mais en option. Les sièges ont un dessin différent, un peu plus sportif dans l’âme. Les jantes alliage changent aussi de dessin.

Les motorisations évoluent aussi avec l’apparition en haut de la gamme d’une nouvelle version du boxer. Ce 1700 (1712cc) développe 114 ch (111 en version catalysée) devenant ainsi le plus puissant boxer de la 33 série 2 en remplacant le 1500 95 ch qui assurait ce rôle pour la série 1. A noter qu’une version injection Bosh Motronic de la 1700 nommée 1700 ie fût disponible selon les marchés avec une puissance de 107 ch (102 en version catalysée) à partir de 1988. Le freinage de ces version à moteurs 1700 est revu à la hausse. Avec cette cylindrée, le 4 cylindres à plat opposés atteint la dernière limite de son extrapolation. Il n’y a pas qu’un changement des pistons sur cette énième version du bloc puisque les poussoirs sont hydrauliques à présent. Les disques sont ventilés et une barre anti roulis fait son apparition à l’avant. La présentation est plus sportive que bourgeoise sur ces motorisations hautes avec des liserés courant sur la carrosserie, spoiler et aileron de rigueur ainsi que des jantes alliage. Les sièges baquets complètent le tableau. Cette version atteint aussi les limites du train avant qui a du mal à digérer la nouvelle puissance malgré de nouveaux réglages.
Une nouvelle transmission intégrale est disponible à partir de 1988 sur la 33 mais équipée du 1700 à la place du 1500. Cette fois ci, la transmission intégrale et permanente... du moins tant que le train avant n’est pas dépassé par les événements car le train arrière ne rentre en fonction que par une gestion électronique en cas de perte ou de problème d’adhérence. Le petit levier permettant d’enclencher le train arrière disparaît donc de l’habitacle. Ce nouveau mode de fonctionnement était rendu nécessaire pour les modèles équipés d’un ABS.

Si la gamme s’étend par le haut, elle va aussi vers le bas avec la Sport Wagon qui peut recevoir à présent le 1300 S de 86 ch de la berline de première série.
Le 1500 reste dans la gamme mais devient 1500 Ti et non plus Qv avec un bond à 105 ch, la version 95 ch est supprimée du catalogue. L’augmentation de puissance vient de la nouvelle double carburation à double corps. Cette version est parfois nommée 1.5 Ti S. La finition ressemble à celle des 1700 avec une peinture métal disponible aileron posé sur le coffre, pare chocs peints, sièges au dessin plus sportif, bandes sport, roues an alliage et l’Alfa control d’origine selon les pays. Les suspensions sont raffermies par rapport à lancienne 1500 95 ch.
Nouveauté pour l’Italie uniquement à partir de 1986 aussi bien pour la berline que le break, une version 3 cylindres turbo diesel d’origine VM intègre la gamme. Ce moteur est en fait un 2.4l VM 4 cylindres (Alfa 90/75) tronçonné. La puissance de 72 ch pour les 1779 cc n’est pas énorme mais le poids plume de la 33 laisse place à de bonnes performances par rapport à la concurrence qui ne propose pas encore ce genre de motorisation en masse ou bien avec un moteur atmosphérique. Ce moteur est en position longitudinale alors que les boxers essence sont en position transversale. Son implantation sous le capot moteur a nécessité de nombreux aménagement des périphériques qui changent d’emplacement. C’est un casse tête d’ingénieurs lors de sa conception. La tenue de route n’est pas convaincante à cause du poids très important sur le train avant et le succès commercial sera mitigé tout le long de sa carrière. Petite coquetterie, ces versions TD auront un petit spoiler noir en haut de la lunette arrière.

Image

Pour les années 1989-90, une série spéciale nommée Red relança la gamme un peu en bout de course en attendant la nouvelle 33 restylée. Cette 1300 S était équipée comme une 1700 Qv avec les mêmes appendices aérodynamiques. C’est une recette qui permit à Alfa Roméo d’écouler en fin de vie des 33 à petit moteur pour un look de haut de gamme.

La gamme complète 1987-1990 :
33 1.2 (1186) 68 ch
33 1.3 (1351) 79 ch
33 1.3 S (1351) 86 ch
33 1.5 Ti (1490) 105 ch
33 1.5 4x4 (1490) 105 ch
33 1.7 Qv / Veloce (1712) 114 ch
33 1.7 ie (1712) 107 ch
33 1.7 ie Qv 4x4 (1712) 107 ch
33 1.8 TD (1779) 72 ch
33 SW 1.3 (1351) 86 ch
33 SW 1.5 (1490) 105 ch
33 SW 1.5 4x4 (1490) 105 ch
33 SW 1.7 Qv / Veloce (1712) 114 ch
33 SW 1.7 ie (1712) 102 ch (cat)
33 SW 1.8 TD (1779) 72 ch

Image

A partir de 1988, les versions à injection qui apparaissent sont prévues pour fonctionner au sans plomb.
Le 1200 d’entrée de gamme est toujours au catalogue pour certains pays, comme la Grèce, sans modification notable. Les version QV et Veloce se distinguent pas une présentation légèrement différentes et un peu plus sportives (ajouts d’aileron et spoilers) avec des filets de couleurs sur la carrosserie.

Image
Avatar de l’utilisateur
psal24
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 13169
Inscription: Jeu Fév 12, 2004 7:00 am
Localisation: Essonne (91)

Alfa 33

Messagede psal24 » Lun Mai 17, 2010 1:24 pm

La troisième série :
A partir de 1990, un restylage complet et profond intervient alors que l’Alfa 33 a déjà vécu une vie entière. Sa carrière s’est poursuivie sur déjà 7 ans, soit un age presque de retraitée pour une automobile, alors qu’elle va encore survivre jusque 1995 avec sa nouvelle robe. Si la cellule centrale est reprise, si on excepte les poignées de portes, l’avant et l’arrière changent radicalement pour se mettre au goût du jour, sauf pour le Sport Wagon qui ne sera pas restylé à l’arrière.
La face avant est complètement différente. Les feux, à l’image des cannons stylistiques en vigueur, gagnent en finesse. La calandre change de dessin pour un modèle plus design qui s’intègre en douceur, sans grille. L’avant ressemble de plus en plus à une Alfa 75.

Image

Image

L’arrière adopte un style de feu plus fin en bandeau à l’image de l’Alfa Roméo 164, le haut de gamme de l’époque. Ce nouvel arrière est encore plus anguleux. Si les grands feux laissent place à de plus petits, ce changement laisse plus d’agressivité car ces feux en bandeau sont placés en hauteur sur toute la largeur de la carrosserie.
On trouvera aussi sur la plus part des modèles des enjoliveurs ou des jantes ayant un dessin très proche de ceux qu’on pouvait avoir sur les 164.

Image

Image

La 33 Sport Wagon s’appelle désormais Alfa Sport Wagon tout simplement, perdant son lien de parenté avec la 33. L’orientation de ce break se veut comme pour la berline, une exécution sportive de la petite familiale. Le moteur 1500 ne sera plus disponible sur cette série où il faudra choisir entre le 1300 ou bien les 1700 en 8 et 16 soupapes. La version à 4 roues motrices reste au catalogue.

Image

Image

L’intérieur lui aussi fait peau neuve. Les sièges changent encore de dessin et de matériau avec un velours de meilleure qualité.
La direction assistée est possible sur tous les modèles en option ou en série selon les moteurs. Les commandes de vitres électriques migrent sur les contre portes qui ont aussi été changés. La ventilation (gros point noir jusque là) a été enfin améliorée et peut recevoir une climatisation sur les modèles hauts de gamme avec recyclage interne de l’air.

Image

Image

Les moteurs évoluent et la gamme passe entièrement à l’injection.
Durant l’année 1992, le 1500 passent à l’injection, perdant ses carburateurs double corps. De 105 ch, le moteur ne fournit plus que 97 ch (95 en version catalysée). C’est presque une mort pour ce moteur. A noter que comme pour le 1700, tous les moteurs essence adoptent des poussoirs hydrauliques.
Le 1700 ie est toujours disponible dans la gamme avec ses 107 ch (105 en version catalysée 3 voies et sonde lambda) mais quelques modèles très rares ont été vendus avec les carburateurs double corps en 1990. Ce 1700 n’est plus la version la plus puissante de la gamme car un dérivé à 16 soupapes de ce moteur vient encore ajouter une pierre à l’édifice des boxers. Cette version fût parfois nommée Boxer 16v. La puissance passe à 133 ch (129 en version catalysée). A partir de cette cylindrée, l’ABS devient disponible en option. Les versions 1700 se reconaissent à leur équipement très enrichit avec des pare chocs et rétrovisuers peints dans le ton de la caisse.
Toutefois, ce n’est encore pas la version la plus haute de la gamme car ce même moteur 1700 16v peut être associé à la transmission à 4 roues motrices permanente à partir de 1991 (salon de Genève) sur la très exclusive 33 1.7 16v Permanent 4. Cette version sera rebaptisée Q4 vers mai 1992, toujours pour ressembler à la grande 164 dont la version Q4 (sans oublier la 155) sort en concession. Le moteur délivre 137 ch ou 132 en version catalysée. La Q4 ne sera vendue qu’en version catalysée.
Cette transmission permanente est aussi disponible comme sur la série précédente avec le 1700 à 8 soupapes.
Ces mêmes moteurs 1700 ont petit à petit été catalysés selon les marchés à partir de fin 1990. La perte de puissance est compensées par de nouvelles gestion de l’injection afin que la perte soir minime mais elle reste sensible.
Le 3 cylindres TD gagne un échangeur d’air et passe à 84 ch qui donnent un peutr plus de souplesse et de reprises. Cette version fut retirée du catalogue dans le courant de l’année 1992, son succès étant relativement faible mais sa diffusion n’étant pas assurée sur d’autres marchés que l’Italie, peut être aurait elle pu convaincre dans d’autres pays.
Enfin, en 1991, une nouveauté de taille fait son entrée dans le catalogue des 33 et SW. Le 1300 est revu et corrigé pour fournir 90 ch avec une cylindrée qui gagne un minuscule centimètre cube. Selon les marchés, cette version sera dénommée 1.3 ie ou 1.4 ie (surtout en Allemagne) mais il s’agit bien du même moteur à injection électronique Weber avec pot catalytique. Ce moteur sera même associé dans de rare pays à une transmission intégrale sur les SW.

Image
Moteur TD

Image

Image

Image

Image
Permanent 4

La gamme complète 1990-1995 :
33 1.2 (1186) 77 ch
33 1.3 Veloce (1351) 86 ch
33 1.3 ie / 1.4 ie (1352) 90 ch
33 1.5 (1490) 105 ch
33 1.5 ie (1450) 97 ch
33 1.7 ie (1712) 107 ch
33 1.7 ie 4x4 (1712) 107 ch
33 1.7 ie 16v (1712) 133 ch
33 1.7 ie 16v permanent 4 (1712) 133 cv
33 1.7 ie 16v permanent 4 catalysée et Q4 (1712) 129 cv
33 1.8 TDi (1779) 82 ch
SW 1.3 (1351) 86 ch
SW 33 1.3 ie / 1.4 ie (1352) 90 ch
SW 33 1.3 ie / 1.4 ie 4x4 (1352) 90 ch
SW 1.7 ie (1712) 107 ch
SW 1.7 ie 4x4 (1712) 107 ch
SW 1.7 ie 16v (1712) 133 ch
SW 1.8 TDi (1779) 82 ch

On peut noter que la 1200 a aussi existée avec cette nouvelle carrosserie avec un petit accroissement de puissance (de 68 à 77 ch) mais qu’elle ne survivra pas au passage à l’injection de la gamme et disparaître pour l’année 1992.

Il y a eu des versions spéciales dont la très répandue Imola. Certains pays comme l’Espagne et l’Italie auront plusieurs séries spéciales uniquement pour leur marché intérieur. L’Imola durant l’année 1993 et basée sur le boxer 1300 avec injection Weber-Marelli et catalyseur, mais il a existé pour certains pays des versions à injection Bosh (Allemagne et Grèce). La puissance est de 90ch. La présentation de cette série spéciale se rapproche beaucoup d’une 1700 Qv (peinture des boucliers ton caisse avec anti brouillard intégrés à l’avant, spoilers, vitres teintées, bas de caisse et rétroviseurs peints), avec les jantes de la 16v (mais en 13 pouces au lieu de 14) et des suspensions revues se rapprochant de la Fiat Tipo. A l’intérieur, le volant, le pommeau de levier de vitesse sont en cuir et les sièges sont de types baquets bicolores en tissus et skai. Ces 33 n’étaient disponibles qu’en 3 couleurs : rouge, blanc et noir. Cette recette du 1300 à look de 1700 a déjà fait les beux jours de la gamme 33 sur la série précédente durant sa fin de carrière et c’est cette même recette qui sera aussi bien appliquée et réussie à la fin de vie de la 33.

Image

Image

Image

Sur cette même base, on trouvera une autre série spéciale, la Troféo pour la fin de carrière de la 33.

Image

Du succès malgré des déboires :
Si les ventes des Alfa 33 se portent rapidement bien, il faut reconnaître d’assez gros défauts à ces autos. La plate forme héritée de l’Alfasud, bien que remaniée, est un peu dépassée, les consommations des boxer sont gargantuesques même si le brio mécanique est bien présent mêem sur les versions les moins puissantes, la finition légère et les soucis électriques récurrents sont légion. La rouille finira par achever avec le temps les survivantes de la première génération. La ventilation sera fortement critiquée sur les premières versions surtout pour son rôle anecdotique. Elle ne sera optimisée qu’avec la 3ème série.
La 33 a aussi eu du mal à s’imposer comme compacte sportive dans les années 80 durant la vague des Gti car elles affrontaient des moteurs plus puissant, ou bien avec turbo qui avaient une image bien plus sportive alors que ces mécaniques, surtout les 1700 et 1500 Ti étaient tout à fait concurentiel en terme de performances. Elle a pourtant bien remplie sont office mais un fossé s’est creusé tout au long de sa carrière avec la concurrence que ses remplaçantes, les Alfa 145 et 146 ne pourront combler. La production totale fût d’environ 866.958 exemplaires pour la berline et de 122 366 pour le break.
Les 33 ont été et sont toujours saluées pour la vivacité de leurs mécaniques et trains roulant malgré un débordement un peu facile de la puissance sur celui-ci et une tenue de route un peu aléatoire. Des autos très sympathiques, parfois bourrées d’ennuis mais très attachantes au point de les collectionner pour une poignée d’euros. Vivre en 33 est comme entrée en religion.

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
psal24
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 13169
Inscription: Jeu Fév 12, 2004 7:00 am
Localisation: Essonne (91)


Retourner vers Les dossiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités