Site Announcements

Accès direct au site Lancia Net :
Image

Bienvenue à toutes et à tous sur le forum Lancia Net, forum du site et du club Lancia Net.

Véritable lieu d'échange entre passionnés de la marque, n'hésitez pas à venir vous y présenter. Et n'oubliez pas de consulter la FAQ, où vous trouverez bon nombre d'informations précieuses pour nos belles !


Obtenez vos entrées à 10€ au lieu de 14€ pour la salon Epoqu'auto à Lyon grâce au club !

Lancia Stratos : née pour gagner

Découvrez les nombreux dossiers Lancia Net ! Bonne lecture !

Lancia Stratos : née pour gagner

Messagede Lancia_Net » Lun Déc 25, 2006 6:56 pm

Image

Une machine faite pour gagner dans ses gènes :
La Lancia Fulvia HF a ouvert une voie royale pour Lancia en rallye. La réputation de la marque durant les années 60, années d'un engagement officiel, ne cesse de croître grâce aux victoires accumulées dans cette discipline complète. Mais les rallyes attirent de plus en plus de constructeurs qui se lancent avec de lourdes équipes de façon officielle car, si la victoire est au bout, la réputation qui entraîne les ventes des modèles clients sont aussi recherchées.
En 1969, Lancia est racheté par Fiat après une gestion un peu hasardeuse. Les rallyes sont un vecteur fort d'image et Lancia a déjà acquis un début de légitimité. Il faut donc construire une voiture pour gagner... mais un autre que la Fulvia qui n'apparaît pas assez performante face à la nouvelle concurrence. Alpine, Porsche, Ford... la concurrence est rude et de plus en plus nombreuse sur les routes fermées.
Fiat qui vient de racheter Lancia (et surtout ses dettes) pense pouvoir rentabiliser cet achat grâce à la notoriété de la firme de Turin grâce à l'investissement dans les courses. Fiat se porte très bien en cette fin des années 60 contrairement au reste de la majorité des constructeurs italiens et rachètent ainsi petit à petit, un peu toute l'Italie automobile. Lancia n'avait pas d'argent pour investir (67 millions de lire de dettes) mais Fiat y croit !

Image

Une naissance digne d'une star :
Le projet est confié à un jeune pilote retraité, Cesare Fiorio, devenu responsable de la division sportive de Lancia en rallye. La première décision forte qu'il impose est de ne pas partir d'un modèle de série existant dans la gamme mais de construire la voiture à partir d'une feuille blanche pour qu'elle colle à 100% aux exigences de la course automobile. C'est une première : le développement de cette voiture se fait pour gagner des courses et non pas pour en vendre dans les concessions. Problème : pour homologuer ce modèle, il faudra le produire à au moins 500 exemplaires. Il faudra donc que ce modèle, même entièrement dédié à la course, soit tout de même un minimum rentable ou du moins ne soit pas un gouffre financier pour un Lancia pas très en forme financière... Un casse tête !!!
L'avis des ingénieurs est unanime : il faut une voiture dans la lignée des Alpine, c'est à dire une carrosserie basse et profilée, pour 2 personnes uniquement, avec un moteur placé derrière mais en position centrale.

Image

Bertone donne le ton :
C'est là encore Fiorio qui va trouver la solution : la production sera en partie assurée par un carrossier indépendant. Bertone est évoqué car Fiorio a été très intéressé durant le salon de Turin de 1970 par un concept car à mi chemin entre l'automobile et la navette spatiale : la Stratos. De plus, Bertone est attristé de voir une de ses marques favorites dans une période noire. Il décide de présenter un concept en l'honneur de Lancia.
Sa carrosserie est telle qu'on la croit faite pour s'envoler dans la stratosphère... d'où sont nom ? En plus, ce prototype est doté d'un moteur Lancia, un 1600 de Fulvia HF, récupéré sur une voiture accidentée. Pour la petite histoire, ce prototype 0 était poussé à la main pour le salon mais a connu pas mal de kilomètres d'essais pour les journalistes et des publicités !

Image

Image

Si on en croit les proches de Bertone, le nom de Stratos vient en fait d'un projet mort né chez Bertone pour le design d'une paire de ski qui devait s'appeler Stratos. Hors un concurrent sortit sa paire de ski révolutionnaires avant Bertone... sous le nom de Stratos.
La Stratos, telle qu'elle se présente encore pour l'instant, n'a pas de portes mais une verrière qui sert de porte d'accès à la manière d'un avion de chasse. Deux personnes peuvent y prendre place... ou plutôt s'allonger à son bord. Le concept est totalement futuriste ; ambiance science fiction garantie.
Bertone est approché par Fiat pour engagé des discussions... réunion où Bertone arrive par la route avec le prototype !!!

Image

Du prototype de salon au prototype 0 :
Des accords sont signés : Bertone se charge de la construction du châssis et de la carrosserie. L'assemblage se fait chez Lancia. A partir de ce prototype de salon est développé une première maquette, présentée encore une fois à Turin mais en 1972 sous le nom de Stratos HF. On trouve sous le capot le 2,4l de la Ferrari Dino 246 GT, certains affirment que ce n'était que le 2,0l des 206 GT,en position centrale arrière, au milieu d'un châssis tubulaire et une carrosserie en fibre de verre pour les ouvrants. La répartition des masses ainsi que le contrôle du poids sont déjà au centre de la conception de ce nouveau véhicule né pour gagner : c'est son seul objectif. Pour aller plus loin, l'accessibilité mécanique avant et arrière sont facilités par de grands ouvrants englobant les ailes. L'aérodynamique a été travaillé, que ce soit dans sa forme ou dans les accessoires avec ses feux avants escamotables, un futur incontournable de la voiture de sport. Même si le style s'éloigne du prototype d'origine, on retrouve les traits généraux en esquisses de ce modèle.

Image

Le moteur Ferrari se retrouve monté dans ce châssis presque par hasard. Un ancien chargé de mission de Fiat, Pier Ugo Gobbato, avant d'être chez Lancia sur le projet Stratos était chez Ferrari. C'est grâce à lui si un de ces blocs se retrouve chez Lancia pour le prototype. Les dirigeants de Lancia, grâce à l'appui de Fiat, n'imaginent pas une seconde que le Commendatore refusera de fournir les moteurs nécessaires à la production. Or Enzo a déjà programmé l'arrêt des moteurs v6 dans sa production et d'ailleurs il refusa à 2 reprises de vendre son moteur.
Maserati, propriété de Citroën à ce moment là, avait aussi un v6 qui était monté sur les Citroën SM, diverses Maserati ainsi que la Ligier JS2. Agnelli donna son accord pour que le montage de ce moteur soit étudié. Maserati était très heureux de fournir ce moteur mais Enzo Ferrari, apprenant la nouvelle, changea d'avis. Fin 1972, le moteur Ferrari est donc officiellement annoncé pour la production.
Le moteur Ferrari dans cette Lancia n'est pas arrivé simplement tout de même. Plusieurs moteurs ont été envisagés. Le 1600 des Fulvia ne développe pas assez de puissance face à la concurrence. Le 2000 des Flavia est trop ancien. Le moteur de la Fiat 132 Abarth avait un bon potentiel mais les coûts restaient à déterminer pour lui donner plus de puissance. C'est pourtant ce moteur qui a eu le plus de chance d'être monté avant de se faire souffler par le Ferrari même si le moteur de Maranello avait les faveurs de l’équipe d’ingénieurs.
Cette équipe avait des noms des plus prestigieux comme Giampaolo Dallara, ancien directeur technique chez Lamborghini qui a travaillé sur les Miura et la De Tomaso Pantera.
La Stratos est née mais pas encore terminée

Image

Les premiers tours de roues, mises au point et premières courses :
Les premiers prototypes roulent durant l’été 1972… Le premier équipé du v6 Ferrari et le second d’un 2,0l de Lancia Beta. Les premiers essais au niveau aérodynamique ne sont pas bon car à grande vitesse, la voiture à tendance à se soulever comme si elle voulait décoller.. retour au source vers la stratosphère ? Des tests en soufflerie vont donc être pratiqués chez Pininfarina. Le second prototype sera utilisé par Dallara pour améliorer la tenue de route. Les suspensions arrières seront retouchées grâce à ces essais. En effet, la voiture était particulièrement inconduisible et pouvait très violemment décrocher du train avant ou arrière.
Et pendant que la mise au point se précise, des prototypes de courses sont envoyés au tour de corse au début de novembre 1972. La fiabilité n’est pas encore au rendez vous (abandon dès la première étape) mais une victoire en Espagne pour sa seconde sortie donne des signes d’espoir. Fin 1973, la voiture semble terminée. Le moteur a eu droit aussi à une amélioration au niveau de ses carburateurs qui avaient tendance à déjauger en courbe rapide. Pour la compétition, pistons et arbres à cames sont spécifiques.
La Stratos s’avère rapide et agile et son potentiel de développement très élevé. Des culasses à 24 soupapes sont montées et une version turbo est testée. Les développements pour la compétition vont être nombreux et vont donner naissance à des versions à injection (335 ch) ou turbo de 490 ch.

Image

Naissance de la version client :
Durant l’été 1973 les premiers moteurs sont livrés, soit à la fin de la production de la 246 GT.
Fin 1973, la production du modèle de série commence. La Stratos est baptisée stradale pour la version client. Les cadences sont faibles mais la voiture est produite comme prévu par Bertone pour le châssis et les panneaux de carrosserie, sous traité toutefois.
L’assemblage se termine toujours à Turin (Bertone et Lancia y ayant des ateliers) chez Lancia à partir de l’été 1974 pour ne durer que quelques mois seulement et se terminer à la fin de cette même année.
L’intérieur se compose d’un tableau de bord de Fiat 124 coupé, de sièges dessinés par Bertone, de vitres en plexiglas (possibilité en option de les avoir en verre dont 3 modèles ont eu des vitres teintées). Les vides poches sont plutot de grand bac qui servent à recevoir les casques.
En option, les jantes dessinées par Bertone encore, pouvait avoir une monte plus généreuse.
La production officielle exacte est difficile à connaître. Il y aurait eu 457 à 492 Stratos produites selon les sources, toutes avec conduite à gauche. Les numéros de châssis utilisés ont été compris entre 1001 et 1008, puis 1509 à 1992. Il y a eu au moins 400 Stratos produites, avec en plus plusieurs dizaines de voitures de compétition pour la HF Squadra Corse.
La Stratos fût un terrible échec commercial. En 1978, on comptait seulement 250 ventes. Niveau prix, elle était pourtant relativement bien placé car elle coûtait en gros le prix d’une Porsche 911 S.
Cet insuccès peut avoir plusieurs sources comme la hausse du prix des carburants, la hausse des taxes sur les voitures puissantes mais aussi la distribution de la Stratos car elle n’a été homologuée quand dans peu de pays (Italie, Allemagne, Belgique et France). Pour les USA par exemple, les normes de crash tests n’étaient pas respectées et en plus, la Stratos n’avaient pas de pare chocs. La Stratos a été disponible à la vente jusque 1982 environ mais directement à l’usine de Turin. La première source d’échec est probablement que cette voiture n’a été conçue que et uniquement pour la compétition et qu’elle était très difficile à manier… en ville, mais surtout lorsqu’elle atteint ses limites ! Elle n’avait pas non plus de coffre ou d’espace de rangement, son confort n’était pas terrible.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Homologation en groupe 4 :
L’homologation en groupe 4 a été obtenue en octobre 1974… alors que la production n’avait pas encore atteint les 500 exemplaires. La vérification, pleine de bon sens devait se faire chez Bertone où on pouvait dénombrer, selon Bertone, 1000 châssis construit. Ce chiffre est plausible car Lancia comptait réellement produire 1000 Startos d’un coté, et il existe des photos de châssis entassés chez Bertone… ceux qui n’ont pas été utilisés.
Le règlement en groupe 4 change fin 1974, où seulement 400 exemplaires sont demandés, ce qui arrange Lancia. Ceci est sans compter les versions qui ont servi à courir, que ce soit pour l’écurie Lancia (HF squdra corse), pour l’importateur Chardonnet, ou les clients. Ces versions compétitions étaient simplement des voitures d’usines préparées.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

La fiche technique Stratos stradale type 828AR.0 :
Moteur :
Type 829A.000, position central arrière monté tranversalement, 6 en V à 65°, 2418 cm3 (92,5 x 60 mm), 195 ch DIN (variait en fonction de la configuration), 25 m/kg à 5 300 tr/mn, culasse alliage léger, 2 soupapes par cylindre, bloc en fonte, 4 arbres à came en tête commandés par chaîne, carter humide, 3 carburateurs double-corps verticaux Weber 40 IDF, 20 l aux 100 km (données d'origine Ferrari), huile moteur refroidie par un échangeur, Taux de compression de 9.0:1, couple maxi de 24 mkg à 4000 tr/mn, distribution par chaîne, deux soupapes par cylindres, inclinées à 47°.
Vitesse maxi déclarée : 230 km/h

Transmission :
Boite Ferrari 5 rapports en position transversale, dans l'axe du moteur, Embrayage monodisque à sec FERODO, Roues arrières motrices, différentiel ZF.

Suspenssion :
Avant à Triangles superposés et barre anti-roulis
Arrière McPherson avec barre anti-roulis
Amortisseurs hydrauliques avec ressort hélicoïdal

Direction à crémaillère - 2,5 tours de butée à butée

Freins :
Avant : disques ventilés (272 mm de diamètre)
Arrière : disques ventilés (277 mm de diamètre)
Pas d'assistance au freinage

Dimensions :
Empattement : 2,180 m
Longueur : 3,710 m
Largeur : 1,760 m
Hauteur : 1,114 m
Voies : Avant : 1,430 m - Arrière 1,460 m
Conception monocoque
Répartition des masses : 46% sur le train avant et 54% sur le train arrière
Largeur du train avant : 1,433m
Largeur du train arrière : 1,457m
Jantes Campagnolo en alliage léger - 7,5 x 14" 5 trous
Pneumatiques : 205/70 VR 14 PIRELLI Cinturato CN36 ou MICHELIN XWX radiaux
Poids : 980 kg
Réservoir de carburant : 90 litres (2 réservoirs centraux)

Fiche technique : particularités des versions compétition (Stratos HF) :
On peut noter que la version de base avait 240 ch avec la culasse à 12 soupapes et 275 ch avec les 24 soupapes en 1974. La puissance n’a cessée d’évoluée durant l’exploitation de la Stratos par l’équipe de Mike Parkes. Ainsi pour 1977, les puissances sont de 270 ch en 12 soupapes et 285 en version à culasse à 24. Il y a eu une version 24 soupapes et injection de 335 ch. La version turbo de 1975 avait 385 ch. Un développement moteur ultime, mais non utilisé, a fournit 490 ch en 1976.
Les culasses, arbres à cames et pistons sont spécifiques. L’alimentation est toujours confiée à 3 carburateurs Weber mais des 44 IDF. L’embrayage est renforcé, double disque, Borg et Beck. Les jantes passent de 14 à 15 pouces, 7 pouces d elarge à l’avant et 12 à l’arrière avec des pneus hyper généreux : 255/40 VR 15 à l'avant , 380/35 VR 15 à l'arrière (PIRELLI P7)
Arnaud, Webmaster & Administrateur du site & des forums Lancia Net,
Président du club Lancia Net


Thema 8.32 1991
Dedra 2.0 i.e. LS 1994
Dedra Station Wagon 1.8 LS gpl 1995
Delta 1.8 LE 1995

Delta HPE td 1996 (vendue !)
Kappa 2.0 LS 1997

Le bulletin d'adhésion (et de réadhésion) 2017 au club Lancia Net est disponible en cliquant ici !

Obtenez vos entrées à 10€ au lieu de 14€ pour la salon Epoqu'auto à Lyon grâce au club !
Avatar de l’utilisateur
Lancia_Net
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 11462
Inscription: Mer Fév 11, 2004 7:00 am
Localisation: Dijon

Messagede Lancia_Net » Lun Déc 25, 2006 6:56 pm

La carrière sportive :
1972 :
Tour de Corse (France) : Abandon : Munari/Mannucci
Costa del Sol Rally (Espagne) : Abandon : Munari/Mannucci

Image

1973 :
Rallye FIRESTONE (Espagne) : 1er : Munari/Mannucci
Targa Florio (Italie) : 2ème : Munari / Andruet
Tour de l'Aisne (France) : 1er : Andruet / "Biche"
Tour de France (France) : 1er : Munari/Mannucci

Image

1974 :
24 heures de Chamonix : 2ème : Munari / Andruet
Ronde de la Giraglia (France) : 1er : Andruet / "Biche"
Rallye neige et glace (France) : 1er : Andruet / "Biche"
Targa Florio (Italie) : 1er : Larousse / Ballestrieri
Rallye féminin Paris-Saint Raphaël (France) : 1er : "Christine" / "Biche"
Rally delle 4 Regiono (Italie) : 1er : Munari/Mannucci 2ème :Ballestrieri / Maïga
Tour de France (France) : 3ème : Andruet / "Biche"
Rallye de San Remo (Italie) : 1er : Munari/Mannucci
Giro d'Italia (Italie) : 1er : Andruet / "Biche"
Rideau Lakes Rally (Canada) : 1er : Munari / Mannuci
RAC Rally (Angleterre) : 3ème : Munari / Sodano
Tour de Corse (France) : 1er : Andruet / "Biche"

Titre constructeur en championnat du monde des rallyes

Image

1975 :
Rallye de Monte-Carlo (Monaco) : 1er : Munari/Mannucci
Rallye de Suède (Suède) : 1er : Waldegaard / Thorszelius
East African Safari (Kenya) : 2ème : Munari / Drews 3ème : Waldegaard / Thorszelius
Rallye de Sicile (Italie) : 1er : Pinto / Bernacchini
Rallye des 4 régions (Italie) : 1er : Munari/Mannucci
Rallye des Alpes Orientales (Italie) : 4ème : Pinto / Bernacchini
Rallye San Martino di Castrozza (Italie) : 1er : Pinto / Bernacchini 5ème : "Tony" / De Marco
Tour de France (France) : 1er : Darniche / Mahe
Coppa Liburna (Italie) : 1er : Pinto / Bernacchini
Rallye de San Remo (Italie) : 1er : Waldegaard / Thorszelius
Giro d'Italia (Italie) : 6ème : Munari/Mannucci
Tour de Corse (France) : 1er : Darniche / Mahe
RAC Rally (Angleterre) : 4ème : Munari/Mannucci
Rally delle Valli Piacentine : 2ème : "Tony" / De Marco

Titre constructeur en championnat du monde des rallyes

Image

1976 :
Rallye de Monte-Carlo (Monaco) 1er : Munari / Maïga 2ème : Waldegaard / Thorszelius 3ème : Darniche / Mahe
Rallye de Suède (Suède) : 4ème : Lampinen / Hertz
Rallye Neige et Glace (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye Stuttgart-Lyon/Charbonnières (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye du Portugal ( Portugal) : 1er : Munari / Maïga 4ème : Pinto / Bernacchini
Rallye de Touraine (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye de Sicile ( Italie) : 1er : Pregliasco / Sodano
6 Ore di Vallelunga (Italie) : 8ème : Ricci / Zorzi
East African Safari (Kenya) : 12 ème : Preston / Lyall
Rallye des 4 régions (Italie) : 1er : Darniche / Mahe 5ème : Carello / Bernacchini
Ronde des Vosges (France) : 1er : Darniche / Mahe
24 Heures du Mans (France) : 20ème : Lombardi / Dacremont
Rallye d'Antibes (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye du Maroc (Maroc) : 1er : Munari / Maïga
Rallye de Pologne ( Pologne) : 1er : Jaroszwicz / Zyskowsky
Rallye di Piacenza ( Italie) : 1er : "Tony" / Mannini
Rallye San Martino di Castrozza (Italie) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye de la Baltique (Allemagne) : 1er : Darniche / Mahe
Coppa Liburna (Italie) : 1er : Bianchi / Mannini
Rallye de San Remo (Italie) : 1er : Waldegaard / Thorszelius 2ème : Munari / Maïga 3ème : Pinto / Bernacchini 4ème "Tony" / Mannini
Giro d'Italia (Italie) : 1er : Facetti / Sodano
Tour de Corse (France) : 1er : Munari / Maïga 2ème : Darniche / Mahe
Rallye d'Espagne (Espagne) : 1er : De Bagration / Barbeito
Rallye Campagnolo (Italie) : 2ème : Carello / Bernacchini
RAC (Angleterre) : 4ème : Munari / Maïga
Rally del Ciocco (Italie) : 1er : Carello / Bernacchini

Titre constructeur en championnat du monde des rallyes
Titre pilote pour Darniche en championnat d’europe des rallyes

Image

1977 :
Rallye de Monte-Carle (Monaco) : 1er : Munari / Maïga
Rallye du Pays de Galles (Grande-Bretagne) : 4ème : Coleman / O'Donohue
Rallye de Costa Brava (Espagne) : 2 ème : Bragation / Barbeito
Ronde de la Giraglia (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rally del Ciocco (Italie) : 1er : Vudafieri / Salvator
Rallye de Sicile ( Italie) : 1er : Darniche / Mahe 2ème : Vudafieri / Antoni
East African Safari ( Kenya) : 3ème : Munari / Sodano
Round Ireland Rally (Irlande) : 2ème : Coleman / Scott
Rally Isola d'Elba (Italie) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye Firestone (Espagne) : 1er : Darniche / Mahe
Rally d'Abruzzo (Italie) : 7ème : Bazocchi / Celli
Rally di San Giacomo (Italie) : 1er : Pregliasco / Reisoli 2ème ; Carello / Perissinot
Critérium Alpin (France) : 1er : Darniche / Mahe
Critérium Lucien Bianchi (Belgique) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye de 4 régions (Italie) : 1er : Darniche / Mahe 2ème : Pregliasco / Reisoli
Giro d'Italia (Italie) : 10ème : De Angelis / Del Fante
Rallye de Gargano (Italie) : 3ème : Pregliasco / Reisoli
24 Heures d'Ypres (Belgique) : 1er : Darniche / Mahe 4ème : Coleman / Richards
Rallye Campagnolo (Italie) : 1er : Carello / Perissinot 2ème : Vudafieri / Bonaga
Total Rally (Afrique du sud) : 1er : Munari / Sodano
Rallye de Pologne (Pologne) : 1er : Darniche / Mahe
Rally delle Valli Piacentine (Italie) : 1er : Pregliasco / Reisoli
Rally Colli di Romagna (Italie) : 2ème : Carello / Perissinot 3ème : Vudafieri / De Antoni
Rallye San Martino di Castrozza (Italie) : 1er : Munari / Sodano 2ème : Pregliasco / Reisoli
Rallye de la Chataigne (France) : 1er : Darniche / Mahe
Tour de France (France) : 1er : Darniche / Mahe
Coppa Liburna (Italie) : 1er : Pregliasco / Reisoli 2ème : Bellosta / Bondezan
Rallye de San Remo (Italie) : 4ème : Pregliasco / ReisoliI
Rallye de la Chataigne (France) : 2ème : Darniche / Mahe
Rallye Jeanne d'Arc (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rally dei 100.000 Trabucchi (Italie) 4ème : Novarese / Soro
Tour de Corse (France) : 2ème : Pinto / Bernacchini 4ème : Carello / Perissinot
Rally Valle d'Aosta (Italie) 1er : Munari / Perissinot 2ème : Bettega / Torghele

Titre constructeur en championnat européen des rallyes
Titre pilote pour Darniche en championnat d’europe des rallyes
Titre pilote pour Munari en championnat du monde des rallyes

Image

1978 :
Rallye de Monte-Carlo (Monaco) : 7ème : Mouton / Conconi 10ème : Baccheli / Bernacchini
Rallye de Suède (Suède) : 4ème : Blonmqvist / Sylvan
Rallye de Costa Brava (Espagne) : 1er : Carello / Perissinot
Rallye Stuttgart - Lyon/Charbonnières (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye de Sicile / Targa Florio (Italie) : 1er : Carello / Perissinot 2ème : Vudafieri / Antoni
Critérium Jean Behra (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye de Touraine (France) : 1er : Darniche / Giroux
Rally Saarland (Allemagne) : 1er : Röhrl / Geistdörfer
Rally Isola d'Elba (Italie) : 1er : Vudafieri / Mannini
Critérium Alpin (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye des 4 régions (Italie) : 1er : Carello / Perissinot 2ème : Vudafieri / Mannini
Rallye de Lorraine (France) : 1er : Darniche / Mahe
Ronde Cévenole (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye d'Antibes (France) : 1er : Darniche / Mahe 2ème : Bettega / Vaccheto
Rallye d'Ypres (Belgique) : 3ème : Carello / Perissinot
Rallye Rhein-Hessen (Allemagne) : 1er : Röhrl / Geistdörfer
Rallye des Alpes Orientales (Italie) : 1er : Carello / Perissinot
Rally Volderpfalz (Allemagne) : 1er : Röhrl / Geistdörfer
Rally Hunsrück (Allemagne) : 1er : Röhrl / Geistdörfer 2ème : Bettega / Vaccheto
Rally Bayerwald (Allemagne) : 2ème : Röhrl / Geistdörfer
Rallye Halkidikis (Grèce) : 1er : Carello / Perissinot 2ème : "Siroco" / Makrinos
Rallye de San Remo (Italie) : 1er : Alen / Kivimaki
Rallye OeASC (Autriche) : 1er : Carello / Perissinot
Rallye de la Chataigne (France) : 1er : Darniche / Giroux
Tour d'Italie (Italie) : 1er : Alen / Kivimaki / Pianta
Rallye RACE (Espagne) : 1er : Carello / Perissinot
Critérium des Cévennes (France) : 1er : Serpassi / Morelli

Titre constructeur en championnat européen des rallyes
Titre pilote pour Carrelo en championnat d’europe des rallyes
Titre pilote pour Alen en championnat du monde des rallyes (où il pilotât aussi sur une Fiat 131 Abarth)

Image

1979 :
Rallye de Monte-Carlo (Monaco) : 1er : Darniche / Mahe
Ronde hivernale de Serre Chevalier (France) : 1er : Darniche
Rally di San Marino (San Marin) : 1er "Tony" / Mannini 2ème : Tabaton / Rogano
Rallye de Sicile / Targa Florio (Italie) : 6ème : Cambiaghi / Vittadello
Rally di Modena (Italie) : 1er : Simontacchi / Vercellino
Rally Costa Smeralda (Italie) : 7ème : Cambiaghi / Vittadello
Rallye des Sables d'Or (Roumanie) : 2ème : "Sirocco" / Fertakis
Rally Isola d'Elba (Italie) : 1er : "Tony" / Mannini
Critérium Lucien BIANCHI (Belgique) : 9ème : Neri / Materne
Rally Orense (Espagne) : 1er : De Bragation / Llopis
Rallye des 1000 Pistes (France) : 3ème : Darniche / Mahe
Rally delle valli Piacentine (Italie) : 1er : "Tony" / Mannini 9ème : Cambiaghi / Vittadello 11ème : "Nico" / Barban
Rally Madeira (Portugal) : 1er : "Tony" / Mannini
Coppa Liburna (Italie) : 1er : "Tony" / Mannini 2éme : Tabaton / Rogano 10ème : Cambiaghi / Vittadello
Tour de France (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye de San Remo (Italie) : 1er : "Tony" / Mannini 9ème : "Nico" / Barban
Rallye d'Espagne (Espagne) : 1er : De Bragation / Llopis
Tour d'Italie (Italie) : 3ème : Carello / De Cesaris / "Meiohas" 4ème : Alberti / Alberti / Scaglia 7ème : "Regastas" / Curatolo / Padimatteo
Rally dei 100.000 Trabucci (Italie) : 1er : "Tony" / Mannini 6ème : Francone / Francone 9ème : Codognelli / Sala
Tour de Corse (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rally della Lana (Italie) : 2ème : Bagna / Sanfront
Rally Shalymar (Espagne) : 1er : De Bragation / Llopis

Image

1980 :
Rallye de Monte-Carlo (Monaco) : 2ème : Darniche / Mahe
Ronde hivernale de Serre-Chevalier (France) : 1er : Darniche
Rallye de Costa Brava (Espagne) : 2ème : De Bragation / Llopis
Tour de Sicile / Targa Florio (Italie) : 9ème : Montalto / "Flay"
Rally Costa Smeralda (Italie) : 1er : Darniche / Mahe 3ème : Cunico / Ravizza
Rally Isola d'Elba (Italie) : 9ème : Volpi / Piacini
Rallye de l'Acropole (Grèce) : 9ème : "Siroco" / Makrinos
Rallye des 4 Régions (Italie) : 2ème : Tabaton / Radadaelli
Rallye d'Orense (Espagne) : 1er : Balcazar / Martin
Rally del Ciocco (Italie) : 3ème : Cunico / Meggiolan
Rallye Firestone (Espagne) : 1er : De Bragation / Llopis 3ème : Balcazar / Martin
Rally Colli di Romagna (Italie) : 6ème : Cunico / Meggiolan 7ème : Biasuzzi / Bonenti
Rallye Hunsrück (Allemagne) : 7ème : FRITZINGER / SCHWÄGERL
Manx Trophy (Angleterre) : 5ème : DAWSON / GORMLEY
Tour de France (France) : 1er : Darniche / Mahe
Coppa Liburna (Italie) : 9ème : Volpi / Piaccini
Rallye d'Espagne (Espagne) : 3ème : De Bragation / Llopis
Rally dei 100.000 Trabucchi (Italie) : 6ème : FILIPPI / DEMELA
Rallye de Monza (Italie) : 4ème : MONTALTO / POZZI 7ème : FRANCONE / REGGIO

Image

1981 :
Rallye de Monte-Carlo (Monaco) : 6ème : Darniche / Mahe
Rally di Sicilia/Targa Florio (Italie) : 8ème : "Dielis" / Spataro
Rallye RACE (Espagne) : 2ème : De Bragation / SABATER 4ème : Balcazar / Martin
Rallye de Touraine (France) : 1er : Darniche / Mahe
Rallye Masplomas (Espagne) : 1er : De Bragation / SABATER
Rallye CS (Espagne) : 1er : De Bragation / SABATER 3ème : Balcazar / Martin
Rally di Alba (Italie) : 1er : FILIPPI / DEMELA
Coppa Valtellina (Italie) : 1er : BIASUZZI / MENGOLI
Tour de France (France) : 2ème : Darniche / Mahe
Coppa Liburna (Italie) : 1er : Tabaton / Tedeschini
Rallye de Monza (Italie) : 1er : Ormezzano / Berro 2ème : BIASUZZI / BONETTI 4ème : AMBROGETTI / TORRIANI

Image

1982 :
Rally Costa Smeralda (Italie) : 2ème : Tabaton / Tedeschini
Rally Isola d'Elba (Italie) : 1er : Tabaton / Tedeschini
Rally del Ciocco (Italie) : 5ème : Tabaton / Tedeschini
Rally Colli di Romagna (Italie) : 1er : Tabaton / Tedeschini
Rallye Halkidikis (Grèce) : 6ème : "Benny" / Stefanis
Rally de Monza (Italie) : 1er : Ormezzano / Berro 2ème : Cazzaniga / Molteni 4ème : Verini / Scabini

La Stratos laisse petit à petit place à une autre bête de course qui va marquer l’histoire. La Lancia 037, représente le groupe Fiat officiellement car Fiat (la marque) se retire des rallyes afin de laisser la marque de Turin seule sur une lancée qui va se poursuivre jusqu’aux Delta.

La Stratos de nos jours :
La production ayant été faible, le palmarès plutôt bien rempli, et le prix à l’époque assez élevé, la côte d’une Stratos Stradale est d’un très bon niveau… comprenez qu’on ne peut pas tous se permettre d’en acheter une… à moi de tous se cotiser…! Les transactions sont rares. On trouve des ventes entre 120 000 et 150 000 €. Pour les versions groupe 4 , ça se corse. On en voit encore régulièrement dans des sorties ou des rallyes de régularité historique mais les ventes sont très rares mais il faudra compter plus de 200 000 €.
A ces prix là, il vaut mieux qu’elle soit complète et en très bon état car les pièces ne se trouvent pas dans la casse au coin de la rue. Dès la fin des années 70, certaines pièces étaient réputées introuvables. Même si certaines ne sont ni plus ni moins que des pièces Fiat, d’autres totalement spécifiques ne sont plus du tout disponibles. Le faisceau électrique n’a pas bonne réputation, les arbres à cames s’usent très vite et non des moindre, les réglages du train avant en particulier est très délicat.

De vraies fausses Stratos :
Si une vraie Stratos n’est pas simple à avoir dans son garage, il existe la solution des répliques. Un petit exemple parmi d’autres :
Hawk cars propose des répliques d’AC Cobra 289 et 427, des Ford GT 40 ainsi qu’une Stratos, le tout en kit. Il existe même toute une gamme de moteur disponible :
HF2000 : 2,0l Lancia Beta/Thema/Delta 8v/16v/Turbo/Volumex
HF2400 : 2,4l Ferrari Dino V6
HF2500 : 2,5l Alfa Romeo V6 de la 155
HF3000 : 3,0l Alfa Romeo V6 de la 164 164, 12v or 24v
HF3000QV : 3,0l Ferrari Quattrovalvole
… et sur demande il est possible d’adapter d’autres moteurs. Il est d’ailleurs possible de visiter l’usine et d’acheter son kit, partiellement monté. L’intérieur se veut proche de ce lui d’origine au point d’être un copier/coller. Pour l’extérieur, il est possible de commander une version Stradale ou groupe 4. L’avantage de cette société, les pièces détachées de bonne qualité utilisées sur de vraies Stratos ! A noter que le volant à gauche est une option.

Image

Image

Image

Et si ces Stratos sont encore trop chères…
Il vous reste les jouets, les miniatures dans de nombreuses échelles, des maquettes et autres objets de collection. La Stratos se décline à l’infini et même dans les jeux vidéo.
Arnaud, Webmaster & Administrateur du site & des forums Lancia Net,
Président du club Lancia Net


Thema 8.32 1991
Dedra 2.0 i.e. LS 1994
Dedra Station Wagon 1.8 LS gpl 1995
Delta 1.8 LE 1995

Delta HPE td 1996 (vendue !)
Kappa 2.0 LS 1997

Le bulletin d'adhésion (et de réadhésion) 2017 au club Lancia Net est disponible en cliquant ici !

Obtenez vos entrées à 10€ au lieu de 14€ pour la salon Epoqu'auto à Lyon grâce au club !
Avatar de l’utilisateur
Lancia_Net
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 11462
Inscription: Mer Fév 11, 2004 7:00 am
Localisation: Dijon

Messagede Lancia_Net » Lun Déc 25, 2006 6:57 pm

(c) Psal24
Arnaud, Webmaster & Administrateur du site & des forums Lancia Net,
Président du club Lancia Net


Thema 8.32 1991
Dedra 2.0 i.e. LS 1994
Dedra Station Wagon 1.8 LS gpl 1995
Delta 1.8 LE 1995

Delta HPE td 1996 (vendue !)
Kappa 2.0 LS 1997

Le bulletin d'adhésion (et de réadhésion) 2017 au club Lancia Net est disponible en cliquant ici !

Obtenez vos entrées à 10€ au lieu de 14€ pour la salon Epoqu'auto à Lyon grâce au club !
Avatar de l’utilisateur
Lancia_Net
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 11462
Inscription: Mer Fév 11, 2004 7:00 am
Localisation: Dijon


Retourner vers Les dossiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités